AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Spice! [Valshe & Miki]
Vocaloid Rainbow RPG♫★
Bienvenue sur Vocaloid Rainbow, le forum de Role Play. Connecte-toi, ou inscris-toi après avoir lu les règles.



 

Partagez|

Spice! [Valshe & Miki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Spice! [Valshe & Miki] Sam 7 Juil - 20:45

5h du matin.


A peine l’aube avait-elle blanchi le ciel, qu’on voyait s’avancer, par les rues des quartiers modestes, un jeune adolescent dans un habit de lycéen. Pas décontracté et monotone, écouteurs dans les oreilles. Il glissa une main dans ses cheveux blonds, souples, et légèrement entremêlés. Les mains dans les poches, il passa devant plusieurs pâtés de maison ; Takahashi, Watanabe, Itô, Kimura, Shimizu ; autant de propriétaires aux différents noms, avant de se diriger dans l’une qui portait l’inscription se démarquant des autres : ‘M. & Mme Carter’.

Famille recomposée de deux parents et deux enfants, M. Carter d’origine anglaise avait eu un mariage avec une belle jeune femme japonaise et s’était installé dans le pays de sa bien-aimée voici déjà plusieurs années de cela. Il avait trouvé un boulot stable dans les affaires et une bonne position dans la société, et passait son temps au travail. Quant à madame Carter, elle faisait partie du même milieu. Les deux avaient pour habitude de rentrer peu à la maison, laissant les enfants se débrouiller en leur donnant un peu d’argent.

La porte d’entrée se referma doucement. Aucun bruit dans la maison. Valshe enleva ses chaussures et les posa puis monta à l'étage. Il alla en direction de sa chambre avant de tourner la tête vers une porte voisine et fermée. Il s’agissait de la chambre de Miki, sa demi-sœur. Il l’avait connue quand il avait cinq ans. Voilà maintenant douze années passées pendant lesquelles Valshe vivait avec elle et la côtoyait comme sa sœur. Elle devait être là, dans sa chambre à dormir paisiblement.

Il resta silencieux un moment. Puis il rentra dans sa propre chambre où il s’affala sur son lit, profitant des quelques heures qui lui restaient avant l’heure d’aller en cours. Et à peine eut-il l’heureuse chance de pouvoir fermer l’œil, son téléphone portable sonna. Avec un petit grognement de désapprobation, sa main, telle une main mécanique, se leva toute seule pour attraper l’appareil qui était dans la poche de son pantalon. Il jeta alors un œil. Il avait une trentaine de messages non lus. Il ne prit la peine que de regarder le dernier rapidement.
<< from: Baka >>
<< Slt val g besoin de toi vieux ! T un pote tu sais ça, et je sui ton pote, tu sais osi ça ! bon alors alors alors tu veux pas m’aider pour moi et ta sœur ? >>
- …


Le jeune garçon ne dit rien et il ferma le clapet de son portable. Mais encore une fois, son portable vibra et il maugréa une insulte.
<< from: Baka >>
<< g toujours voulu sortir avec ta sœur, elle est trop mignonne. mais j’ose pas lui demander. File moi un coup de main ! >>
Une minute après, un autre message du même auteur fut réceptionné.
<< from: Baka >>
<< allez mec quoi ! mon petit doigt me dit ke t pas encor endormi 8D >>
Avec une dextérité impressionnante, les doigts de Valshe tapèrent rapidement une réponse.
<< from: Val >>
<< et tu sais ce que mon petit doigt te dit? il te dit va te faire foutre. Et ok, je te filerai un coup de poing quand je te verrai, no problem. >>
Il reçut alors un nouveau sms.
<< from: Baka >>
<< ;( >>

Tout à coup, même pas à une seconde près, un autre message arriva dans la boîte de réception de Valshe.

<< from: SexyBeast >>
<< J’ai beaucoup aimé notre petite réunion à l’instant. Retrouvons-nous tout à l'heure à l’école nee ? Je t’aime. >>
Le garçon sourit amusé.

Plus un seul bruit. Il put enfin fermer les yeux.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mar 10 Juil - 15:42

Miki dormait paisiblement dans sa chambre. Le réveil affichait à peine 6h15 qu'elle commençait à s'éveiller. Les yeux encore lourds, elle s'assit dans son lit et s'étira lentement. Les yeux à demi-clôt, elle lut l'heure et se prépara doucement. Lorsqu'elle fut totalement réveillée, elle entrouvrit sa porte, il n'y avait absolument personne. La maison était déserte et le silence y régnait ou presque. Elle entendait de temps à autres des bruits venant de la pièce voisine. C'était la chambre de son demi-frère: il était donc réveillé.

Elle descendit sans faire de bruit avec ses affaires de cours qu'elle laissa dans l'entrée. Elle se dirigea vers la cuisine et y prépara le petit-déjeuner. Cela faisait douze années qu'elle s'occupait ainsi de la maison. Elle s'occupait de tout. Elle ouvrit le placard et en sortit deux bols. Lorsque la table fut prête et le déjeuner servi, elle enleva son tablier et guetta l'escalier pendant quelques minutes. L'heure tournait et son frère ne descendait toujours pas. Elle finit par remonter à l'étage et s'arrêta devant la porte de Valshe. Elle frappa de trois petits coups puis l'appela en chuchotant, persuadée qu'il l'avait entendue.

Miki redescendit au rez-de-chaussez et attendit que son frère la rejoigne. Elle sortit son portable qui venait de vibrer à l'instant. Elle ouvrit sa messagerie et vis un message de son amie.

<< From Lulu33 >>
<< Cc . Ton frèr dort encor ? Il é tro mignon ! T a tro 2 chance de l avoir. T a 1 foto 2 lui au dodo ? Tu m invitera, pas vré ? >>

Miki poussa un soupir. Toutes les filles étaient amoureuses de son frère et elles espéraient toutes qu'elle leur propose son aide pour un rendez-vous avec lui ou qu'elle leur vende une photo de lui. D'ailleurs, un ami qu'elle côtoie souvent lui a dit qu'elle ferait fortune grâce à la vente de photos. Quelle idée ! Miki riait en silence en repensant à cette idée farfelue. Elle répondit à son amie.

<< From Miki>>
<< Salut. Mon frère dort encore et je sais ce que tu veux mais ma réponse est toujours la même : NON.>>

Elle envoya son message et quelques minutes plus tard, elle reçut la réponse.

<< From Lulu33>>
<< Mé c pa juste. T pa sa girlfriend alor tu peu faire sa pour nous. T jalouse ou koi ma belle ?>>

Miki expédia très rapidement son message ce qui mit très certainement fin à ce débat sur son frère. Elle savait que son amie n'aimerait pas sa réponse mais qu'elle se ferait pardonner au moment des cours comme d'habitude.


<< From Miki>>
<< Je ne suis pas jalouse et si tu tiens tant à mon frère, va lui demander toi-même de sortir avec-lui. Peureuse comme t'es,t'en es pas capable.>>

A peine eut-elle appuyé sur envoyer qu'elle entendit du bruit dans l'escalier, çà devait être Valshe. Le sourire aux lèvres, elle s'apprêtait à souhaiter le bonjour à son frère.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mar 4 Sep - 17:26

Long bâillement amorti par des dents blanches, cheveux arrangés avec rapidité, ô lenteur, lenteur des jambes qui avançaient d’un air décontracté.
- Yo, entendit-on.
Valshe pénétra la cuisine et portait un sourire charmeur mais énigmatique. Ce garçon désinvolte n’eut pas pris la peine de boutonner le haut de son col qui dévoilait sans gêne sa peau masculine et aguicheuse. Il s’installa à table pour voir le petit déjeuner soigneusement préparé et se plaignit :

- Je préfère le poisson que tu m’avais préparé hier.
Il regarda alors sa sœur l’air grave et silencieux avant de sourire d’un air amusé.
- Blague, blague.
Valshe prit son temps pour prendre son repas du matin face à la demoiselle. Il avait l’habitude de trouver Miki prête avant lui et ça lui faisait sourire de voir combien elle semblait plus sérieuse que lui pour les horaires. Rien que de voir qu’aujourd’hui, elle s’était levée de nouveau plus tôt que lui et avait tout préparé était une belle preuve. En parlant de temps, l’horloge annonçait l’heure de partir, soit dix minutes restants. Il se leva quand il eut fini et se tourna vers Miki qui était dos à lui. Sans crier gare, il s’approcha, un peu trop près d’ailleurs, levant le bras vers elle d’un air réfléchi. Après la seconde qui passait et qui ressemblait à des minutes, la main masculine changea de trajectoire et se posa sur la tête de la demoiselle.
- Pas mauvais, rit-il doucement.
Dix minutes ? Valshe s’étira, il avait encore beaucoup de temps devant lui. Il ne prit pas la peine (comme d’habitude) de ranger la table.

Spoiler:
 

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Jeu 6 Sep - 20:46

Miki souhaita le bonjour à son frère qui était comme d'habitude très décontracté. Bâillements, lenteur et tenue un peu négligée, il pénétra dans la cuisine le sourire aux lèvres. Un sourire que Miki connaissait bien: on ne savait jamais à quoi il pensait. Son sourire était si énigmatique et charmeur à la fois, qu'il y avait des jours où il parvenait à déstabiliser Miki complètement.

- Yo

Lorsque Valshe s'installa, il regarda le petit-déjeuner que Miki avait soigneusement préparé et se plaignit.

- Je préfère le poisson que tu m’avais préparé hier.

Elle s'apprêtait à s'excuser et lui proposer d'en faire demain. Son regard était si grave et si sérieux qu'elle se demandait si elle ne devait pas en faire ce matin pour lui faire plaisir. Elle commençait à s'inquiéter un peu mais le visage de Valshe afficha alors un sourire amusé et il lui dit que ce n'était qu'une blague.

- Toi alors..., dit-elle en riant.

Et ils commencèrent à manger. L'horloge tournait et Miki se leva pour commencer à débarrasser la table en laissant Valshe finir. Elle remit son tablier et commença à faire la vaisselle, l'essuyait et la rangeait dans les placards. Elle récupéra le reste de vaisselle qu'il y avait sur la table pour s'en occuper et au bout d'un moment, Miki fut surprise par son frère qui venait de poser sa main sur sa tête. Comme d'habitude, il ne l'avait pas aidé à ranger la table mais elle s'en moquait complètement. Valshe restait un grand gamin, et çà l'amusait.

- Pas mauvais, dit-il en riant doucement.

- Contente que çà t'aie plus, répondit Miki en souriant.

Alors qu'elle rangeait son tablier, elle annonça qu'elle était prête à partir. Elle s'approcha de son frère et le dévisagea d'un air sérieux, presque mécontent. Au bout de quelques minutes, elle soupira en baissant la tête avant de la relever pour regarder son frère dans le yeux.

- Que tu veuilles avoir l'air cool, c'est bien, mais tout de même...ne néglige pas ta tenue, dit Miki en faisant deux boutons de plus à la chemise de son frère, elle ajouta en souriant: Tu es prêt !

Elle changea de chaussures dans l'entrée et elle sortit en courant et en riant.Miki appela son frère en le menaçant gentiment de le laisser sur place si il ne se dépêchait pas avant de se remettre à marcher lentement pour lui laisser le temps de la rattraper.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mer 12 Sep - 17:37

La porte d’entrée était restée ouverte. La jeune fille aux cheveux roses orangés avait laissé derrière elle une lumière chaude de dehors qui pénétrait clandestinement à l’intérieur de la maison et qui se posait sur les pieds nus du jeune blond. Voix agréable et rires joviaux atteignaient l’ouïe de Valshe qui était resté clouer sur place. Son regard bleu était empli de surprise et de ravissement indicibles. Il toucha là où la main féminine avait boutonné le col et un petit sourire placide s’afficha sur ses lèvres.
- …avoir l'air cool ? murmura-t-il avant qu’on ne puisse lire dans ce sourire calme, une nouvelle expression : celle de l’amusement.
La veste de l’uniforme scolaire enfilée, les chaussures au pied (ah…décorum décorum), le sac cartable tenu par une main molle et qui pendouillait à l’arrière de l’épaule, le jeune Carter, dont on ne releva aucun stress sur le visage, sortit. Juste derrière Miki, ses doigts s’indignèrent sur le col fermé de la chemise intérieure :
- Mais on crève de chaud... annonça le plaisantin sur un ton faussement agacé.
Le voici sur le chemin de l’école, guidé par la voix sucrée.


Lycée Izumi Koukou…

Une foule d’élèves était visible devant le portail de l’école et produisait un vacarme tel un troupeau de moutons qui bêlaient devant un des professeurs de sports. Il ne manquerait plus que le bâton de berger pour l’homme et nous voici à la cabane Koukou. La main de Valshe cacha un spectaculaire bâillement alors que ses pas l’avaient amené à passer le portail. A peine avait-il baissé le bras que Miki avait disparu de son champ de vision, laissant le garçon confus qui la cherchait du regard à travers la masse avant de voir subitement noir. Des petites mains blanches étaient venues cacher ses yeux et une voix susurra de manière appétissante :
- Bonjour Val chéri~ si tu savais comme tu m’as manqué. Il fait froid dans mon lit ces derniers temps.
- Ah, couvre-toi bien alors, répondit Valshe qui enlevaient les mains incommodantes devant ses yeux pour continuer à chercher Miki.
Et voici que ces mains persistantes revinrent à l’assaut pour tourner le visage du garçon en direction de leur propriétaire. Elles appartenaient à une belle demoiselle à la peau bronzée et aux sourcils arqués avec autorité. Des cheveux teintés de couleur blond et coupés courts encadraient son minois éveillé.
- J’aime voir tes yeux bleus me scruter mon beau prince.
- …
Et là, vous parliez d’une bonne blague. Comment le nom d’une si délicieuse cerise s’était-elle échappé de la mémoire de Valshe ? Mais voyons le bon côté des choses : il se rappelait avoir cueilli cette cerise sur un terrain de danse aux lumières multicolores, empestant l’alcool, la fumée et la sueur. Aviez-vous deviné ? Boîte de nuit naturellement. On n’eut su que plus tard qu’elle faisait partie du même lycée que notre cher Carter, qu’elle était en classe 1 et qu’elle se nommait Midori-machin-chose. Vous l’aviez bien compris : chaque matin, le fameux Valshe Carter, haut d’une hauteur modeste, peau blanche anglaise et à l’allure d’un top model, qui se permettait l’inconvenance d’une conduite d’adolescent en courtisant le sexe opposé qui se mettait sur son chemin, était accueilli par une horde de filles. Malgré sa réputation de véritable joueur, il avait toujours des admiratrices qui lui courraient après, tentant ce que personne n’avait encore obtenu de lui : son cœur.

Vous voudriez savoir s’il y avait d’autres personnes qui étaient ‘admirés’ comme Valshe ? Et bien il y en avait bien deux autres dans l’établissement dont la côte était moins élevée. Mais ne surtout pas se laisser duper : ils avaient des qualités respectables. Dans le lot, il y avait un autre élève taciturne sur lequel circulaient des rumeurs douteuses sur des affaires de baston, et enfin un professeur émérite en biologie, souriant et plutôt bonard. Nous tairions les histoires pour le moment afin de vous laisser le temps de les découvrir petit à petit.
Revenons devant le bâtiment de l’école. C’était peine perdu de chercher Miki semblerait-il, elle avait peut-être dû rejoindre sa classe pensait Valshe. Défait, il entra dans le grand hall de l’établissement, suivi de Midori et un groupe de filles. Les casiers des élèves étaient exposés par rangée, par classe et par ordre alphabétique suivant le nom de famille. Les casiers de Valshe et Miki se trouvaient sur deux rangées différentes. Alors que le frère était en première année, la sœur faisait partie de la deuxième. Le garçon aux yeux d’Azur, dont la lenteur des pas pour atteindre son compartiment était voulue, s’arrêta net devant son casier. Sous son nez était un compartiment bourré de morceaux de papiers qui dépassaient follement les fentes. Sa main décida de l’ouvrir. Renversement et éparpillement de lettres, de petits mots et de petits paquets sur le carrelage. On entendait des rires de filles aux regards énamourés dans le coin. Un léger soupir s’échappa des narines du jeune Carter. Tout à coup, une voix forte et grossière lança :
- ‘Lut Val ! Toujours la côte ?
Il aperçut un type venir à pas molle jusqu’à un casier voisin.
Cré ‘Baka’ de son téléphone portable, toujours là quand il le fallait !
Masashi Yanagisawa, un garçon brun d’une allure relâchée et de gros ballot s’approcha. Il avait le visage un peu rond, naïf et mou, et ses sourcils étaient aussi grandioses que son caractère impulsif lui-même. On aimait son côté assez honnête et sincère, bien que parfois lourd.
- Val ! s’enthousiasma Masashi. Pour ce matin ! Je te promets que c’est vrai ! Je veux sortir avec Miki, elle est l’ange de mes rêves ! Je l’ai aperçue tout à l’heure, dans sa tenue, -et dieu- qu’est-ce qu’elle est à croquer ta sœur ! Je suis ‘in lov’-
- Ca te dirait de m’aider à ramasser tout ça ? Valshe attira son attention sur le tas d’enveloppes au sol puis continua d’un sourire propre : Tu le fais, je t’épargne de la droite que je me suis juré de te donner. Et si tu continues de vouloir sortir avec Miki, ben tu vois le pont où on était il y a trois jours à la sortie scolaire ? Tu le visionnes dans ta pensée ?
- Heu…oh ce pont ! sourit fièrement Masashi. C’est où j’ai eu le coup d’foudre pour Miki-chan !
- Et bien tu vas avoir l’honneur de faire le grand saut pour avoir attiré mes foudres baka, conclua l’anglais.
- Why ? pleura le bonhomme dans la langue d’origine de Valshe. Je pourrais être ton beau-frère !
Il était aussi à noter qu’on aimait Masashi pour son côté…niais…

Midori et les autres proposèrent leur aide pour se voir refuser. Il fallait dire que Valshe savait bien manier ses mots : une phrase comme ‘Vous faites parties de celles qui m’écrivent et m’offrent chaque jour. Vous demandez en plus de ramasser vos propres présents ne fait-il pas de moi le plus grand des connards ?’, accompagnée d’un regard et d’un sourire charmeurs, la flèche de Cupidon faisait des ravages à n’en pas douter. Il n’était même pas huit heures et le Casanova recevait déjà des signes de la part de filles sur le chemin, synonymes d’invitation pour passer de bons moments ensemble. A surligner l’invitation de la part d’une fille qui s’était lié d’amitié avec Miki. Cela ne faisait que donner davantage un plus large sourire au garçon.

Spoiler:
 

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mer 12 Sep - 18:46

Miki entendit un "Mais on crève de chaud" sur un air plaisantin venant de son frère. Elle se contenta de hausser les épaules même si tout çà l'amusait bien. Ils se rendaient donc en cours, au lycée Izumi Koukou. Elle savait bien quel spectacle presque déplaisant l'attendait mais depuis le temps, elle s'était adaptée et l'ignorait tout simplement même si il arrivait des fois où çà devenait vraiment compliqué: il lui était arrivé plusieurs fois de se retrouver égratignée ou en retard à cause de tout çà...

Arrivée là-bas, comme elle s'y attendait, une horde de fan empêchait Miki de passer. Il était inutile de se demander qui toutes ces jolies demoiselles attendaient. Miki tenta de se frayer un chemin plusieurs fois avant de parvenir à franchir le portail et se retrouver dans la cour. Tant déefforts pour passer un simple portail devenait complètement ridicule. Elle se recoiffa un peu et arrangea son uniforme avant d'entendre un rire moqueur venant de sa droite.Miki connaissait ce rire. Elle se tourna et aperçut un jeune garçon qu'elle connaissait très bien du nom de Kei. C'était un camarade de classe et un excellent ami. Il détestait en revanche la popularité de son frère auprès des filles.

- Toujours aussi populaire, hein ? Tss...Il aura des problèmes un jour...

Miki s'approcha de lui et le regarda de plus près. Il faisait semblant de se moquer mais en réalité il enviait énormément Valshe.

- Kei ! Tu es jaloux ? Et puis...toujours aussi critique quand ce n'est pas toi, n'est pas ?

- ... J-Jaloux d'un type malchanceux ? Qui pourrait l'être...

- Kei...

Le jeune garçon détourna la tête, les joues rouges ce qui donna à Miki une envie folle de rire mais celle-ci se retint en murmurant "menteur" et annonça qu'il valait mieux se rendre en cours. Kei approuva et la suivit. Ils passèrent devant des rangées de casiers en commençant par les premières. Son attention fut attirée par un casier où des morceaux de papiers étaient stockés. Miki regarda le casier tandis que son compagnon lui demandait si ce n'était pas celui de son frère. Celle-ci acquiesça. Ils soupirèrent quand ils virent une jeune fille laisser un nouveau message mais il y avait quelque chose de bien différent dans leurs soupirs : l'une soupirait par compassion et l'autre soupirait de lassitude et de rage. Ils se remirent à marcher.

Une fois devant son casier, la jeune fille était bien contente de ne pas trouver son casier dans le même état que celui de Valshe. Elle l'ouvrit et trouva à nouveau un poème écrit de façon maladroite et une autre lettre étrange mais aux phrases joliment tournées. Elle fourra les deux papiers dans ses poches et récupéra ses affaires. Miki se rendit ensuite immédiatement dans la salle. Lorsqu'elle s'installa à son bureau après avoir salué ses amies, elle déplia les deux lettres trouvées plus tôt. Luna, son amie qui veut sortir à tout prix avec Valshe, la félicita pour avoir obtenu deux nouvelles lettres d'amour. Miki soupira et déclara que ce n'était pas pour son grand plaisir : deux lettres totalement anonymes et en plus, quelle situation gênante... Luna profita de la situation pour reformuler sa demande d'un petit rendez-vous en tête-à-tête avec son prince charmant mais Miki la rejeta de façon catégorique. Les cours débutèrent et Miki rangea les lettres dans la poche de son sac qui en contenait déjà très certainement une quinzaine qu'elle avait oublié pendant la semaine. Les cours qui suivirent furent ennuyants et amusants. Après tout, ce n'était que deux heures mais deux heures c'était long quand on attendait quelque chose. C'était le cas de Miki qui attendait patiemment le moment où elle pourrait discuter avec son frère de quelques problèmes.

- Pause du matin -

Miki sortit immédiatement pour rejoindre son frère. Elle avait un petit service à lui demander : la débarrasser de Luna. Elle en avait assez de cet harcèlement quotidien et elle souhaitait en finir. Seulement lorsqu'elle ouvrit la porte de la salle, Kei l'intercepta et lui proposa de déjeuner ensemble à la pause déjeuner. Miki hésita mais face à l'insistance du garçon, elle ne put décliner l'offre. Ils commencèrent à discuter des cours, des professeurs quand Miki lui demanda de patienter le temps de pouvoir prévenir Valshe et aussi le supplier de s'occuper de Luna. Kei relança une conversation vite-fait et Miki y reprit part en oubliant la raison de sa présence dans le couloir des premières années. Le temps s'écoulait et çà allait sonner, annonçant la reprise des cours

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Dim 16 Sep - 15:30



- QUOI ? entendit-on depuis la salle de classe 1-A.
Comment ça il a eu… ?


De loin, on pouvait reconnaître la grande voix de Masashi qui semblait protester devant une feuille qu’il avait sous les yeux. Dans la liste en haut à gauche, on pouvait lire Carter Valshe et à droite le chiffre 100 entouré en rouge.
- J’arrive pas à le croire ! C’est pour ça que ce salaud a… !
Et soudain le gaillard leva les yeux et se remémora du départ de Valshe dès le début de la pause.


FLASHBACK.
La sonnerie retentit dans les couloirs.
Le jeune Carter s’était levé de son siège, remuant la tête gauche-droite pour réveiller l’articulation de son cou totalement lassé d’avoir passé les deux heures dans la même position. Il marcha jusqu’à la sortie de la salle et sur le chemin, sa main partit donner une tape à l’épaule de Masashi qui sursauta en portant cet identique regard stupide de tous les jours. L’avenant garçon annonça alors d’un air nonchalant :
- Je suis attendu à l’infirmerie. Dis-le au prof si je rate le début du cours veux-tu ?
- Heu okay, mais t’es sûr mec ? demanda le bonhomme en haussant ses -trop- grands sourcils. On va avoir correction du devoir surveillé de la dernière fois. Moi, le grand Yanagisawa ! Il se mit au garde-à-vous, J’ai échoué au test, avoua-t-il finalement d’une mine satisfaite avant de fixer Valshe et de se voir avec le grand sourire du gagnant au loto. Hé ! Mais toi, t’as dû échouer aussi !
Le grand benêt croisa alors les bras en réfléchissant tout haut :
- La veille, t’étais occupé avec Miss-gros-boobs-du-restau-Katsudon toute la soirée non ? Je m’en souviens comme si c’était hier ! T’as pas dû réviser ! Et il rit aux grands éclats en se mettant debout sur la chaise dans la position d’Hercule. C’est bon, je suis trop un génie ! Viens au rattrapage avec moi beau-frère et sans regret !
Il fallait dire que quand Masashi était enthousiaste à propos de quelque chose, sa vigilance diminuait considérablement. En effet à ce moment-là, quand il pensa enfin à regarder devant lui, le blondin était déjà à la porte. Celui-ci levait le bras pour faire un signe de salut et traversa le couloir donnant des "Oh mon dieu ! C’est Valshe !" en chœur.
FIN DU FLASHBACK.


Masashi grogna Injustice et décida qu’il allait prendre l’air. Il sortit de la salle et dans sa marche, il fut joliment frappé de stupeur quand il vit la belle Miki de sa vie… (sourire) …qui parlait… (sourire) …avec un gars… (sourire évanoui).
- Comment ça un gars ! s’opposa-t-il. C’est la fin. Je suis mort en guerre !
Toutefois, le samouraï qu’il était n’eut guère dit son dernier mot et il avança à pas précipité vers Miki et ce foutu prétentiard (et non prétendant !).
- Hé toi ! commença-t-il rigidement tel le catcheur venant d’entrer dans le ring, mais quand il réalisa qu’il était proche de Miki, son expression changea subitement pour se retrouver avec un sourire abruti : Ah ! Miki-chan ! Bonjour, comment tu vas aujourd’hui ? Toujours aussi adorable ! Tu te souviens de moi ? On s’est vu à la sortie scolaire d’il y a trois jours. Je suis le beau-fr-heu ! Je veux dire un pote à Valshe !


Pendant ce temps, à l’infirmerie du rez-de-chaussée…

- Décidément…soupirait une femme assise et qui portait une blouse blanche. Tu crois que prendre des vitamines va te garder en forme ?
Elle croisait ses fines jambes entourées de collants transparents. Son regard était pointé derrière le rideau et elle observa :
- Tu exagères. Il serait temps que tu reprennes un rythme de sommeil normal. Puis elle changea de position et croisa l’autre jambe à la place avant d’ajouter : L’infirmerie n’a rien d’un endroit plaisant pour venir ici aussi souvent.
- Que dites-vous ? une voix masculine et suave demanda. Il fait bon ici. Il y a un lit, des fenêtres donnant sur une belle cour, une légère brise, puis une ravissante infirmière. Le sourire aux lèvres, la voix termina : Que demander de plus ?
Les bras derrière la tête et les yeux fermés, Valshe était allongé sur l’un des deux lits (celui du fond pour être précis). Et sa chemise était entièrement ouverte, révélant de manière impudique le torse. L’on pouvait noter sa veste d’uniforme qui reposait au pied du lit. Dans la chaussure blanche, son pied dansait au-dessus de son autre jambe, tout à fait détendu comme si le rythme de tango de la journée était ancré dans sa peau.
Un peu plus bas du lit, se trouvait un bureau où était installée la vénuste Docteur Fujimiya, avec qui le garçon échangeait des mots. Les vingt-cinq ans. Cheveux bruns, mi- longs et bouclés, belles lèvres rouges brillantes, rehaussées par le maquillage qui les rendait lisses à l’œil, faux cils recourbés et sourcils dominateurs ; elle portait sous sa blouse un haut serré qui entourait ses courbes et finissait à mi-jambe telle une jupe droite. Enfin, elle avait une paire de chaussures en cuir noir et à talon. Voici bien une femme de grande classe jusqu’au bout des ongles, laquelle on devinait déjà à l’avance qu’elle n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds.

- Hmph, sourit-elle les sourcils arqués, encore ton côté Gentleman qui prend le dessus ? Belles paroles, visage charmeur et enjôleur ; tous ces tas de filles qui te courent après ; que souhaites-tu en fait ?
Valshe, à qui on posait la question, eut soudain un étrange sourire à la fois amusé et mystérieux, et écoutait attentivement la voix tout en restant allongé.

- Ne me donne pas la raison facile du ‘j’aime vivre au jour le jour’ comme j’ai si souvent entendu, continua-t-elle. Les jeunes de ton genre qui passent leur temps à draguer sont peut-être des personnages bien plus complexes qu’on ne veuille le croire d’après certains, mais pour moi, ce sont de parfaits imbéciles. C’est perdre son temps à moins que tu ne veuilles quelque chose. Vraiment ! La jeunesse n’est pas longue, alors-
Et tout à coup, tandis qu’elle n’eut pas fini sa phrase, des lèvres vinrent se fermer contre les siennes. Ce fut alors que la voix masculine poursuivit :

- Alors profitons au maximum.
Les grands yeux bleus de Valshe scruta le visage de la femme et ne la laissait pas indifférente, celle-ci devenant rouge comme une belle tomate, laquelle on venait de mordre dedans sans crier gare.
- Vous voyez que draguer n'a rien d'une perte de temps, sourit-il à nouveau. Une jolie femme comme vous qui rougit est l’un des spectacles de la vie que je veux voir chaque jour. Je ne m’en lasse jamais.
Par la suite, un nouveau baiser fut échangé. Et cette fois-ci, ce n’était pas Valshe qui initia mais à la place, c’était la bouche féminine qui chercha l’acte.
- Idiot, fit-elle pendant que le Casanova reboutonnait son haut et passait ses bras dans la veste avant de se diriger vers la porte d’entrée, un papier de retard entre les mains.
Et juste au moment où celui-ci allait ouvrir la porte coulissante, ses mouvements cessèrent :
- Ah j’oubliais, il tourna alors le visage placide vers le docteur et annonça un grand sourire aux lèvres, Vous avez raison docteur Fujimiya, j’aime vivre au jour le jour.


La porte refermée, l’infirmerie devint calme. Et dans ce silence, on entendit un mot lancé dans l’air :
- Menteur.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Dim 16 Sep - 17:48

La fin de la pause était sur le point de sonner. Miki réalisa qu'elle n'avait toujours pas pu parler à son frère et lorsqu'elle se dirigea vers la salle de classe...

- La fin de la pause est la fin de la pause. Si tu y vas, tu vas être en retard, dit-il avec un grand sourire tout en la retenant.

Miki se dégagea avec délicatesse de son étreinte et regarda Kei songeuse. Il était vrai qu'elle devait remonter à l'étage, se rendre dans sa salle qui était à l'autre bout du couloir, préparer ses affaires et montrer ses devoirs.

- Bon écoutes çà n'a pas encore sonné et j'ai deux mots à dire à mon frère. Si tu pouvais m'excuser auprès de la prof et lui dire que j'arriverais un peu en retard, çà m'arrangerait.

Kei lui prit le bras et commençait à l'entraîner vers l'étage tout en lui disant qu'il refusait de trouver une excuse quelconque à une jeune fille qui séchait les cours pour discuter avec son simple demi-frère comme il disait. Ils atteignirent l'escalier quand une voix se fit entendre.

- Hé toi !

Kei arqua un cil en voyant le jeune garçon foncer sur lui mais il stoppa sa course et son expression changea et un sourire bizarre s'afficha sur son visage.

- Ah ! Miki-chan ! Bonjour, comment tu vas aujourd’hui ? Toujours aussi adorable ! Tu te souviens de moi ? On s’est vu à la sortie scolaire d’il y a trois jours. Je suis le beau-fr-heu ! Je veux dire un pote à Valshe !

Miki le regarda plus attentivement et se souvint de lui. C'était le jeune garçon qui n'avait pas arrêté de lui parler pendant tout le voyage. Il s'appelait Masashi. Kei et lui n'avaient pas cessé de se disputer pendant cette sortie et Miki avait fini par en avoir mal à la tête. Son frère était d'ailleurs intervenu ce qui avait permis à la jeune fille de se reposer pendant un petit quart d'heure seulement.

- Oui je me souviens de toi, dit-elle en souriant. Tu t'appelles Masashi et tu es dans la même classe que Valshe...je me trompe ?

Ils continuèrent à discuter bien que Masashi n'articulait pas chaque mot ou bégayait sur d'autres. La cloche sonna et le camarade de classe de Miki n'attendit même pas que cette dernière salue Masashi, qu'il l'emmenait déjà en cours. La jeune demoiselle ordonna au garçon de la lâcher immédiatement et il s'exécuta ne pouvant résister au ton autoritaire de la jeune fille lassée de toutes ces disputes et jalousie dont elle faisait les frais entre ces deux-là. Il s'excusa et ils montèrent tous deux en cours. Elle allait donc devoir patienter jusqu'à midi pour pouvoir se débarrasser de la fanatique Luna. Masashi de toute manière lui avait appris que celui-ci était sorti pendant tout le temps de la pause. Alors elle n'aurait dans tous les cas pas pu lui parler. Les deux cours qui suivirent furent tout aussi ennuyeux que les deux précédents. Et ils se déroulèrent de la même façon ou presque. Cette fois-ci elle se fit reprocher son ennui et son expression qui démontré bien son ennui. Mais ils ne pouvaient pas trop le lui reprocher non plus car bonne élève elle parvenait à répondre aux questions posées. La pause déjeuner arriva enfin et Kei invita Miki à prendre son bento avec lui. Elle refusa annonçant qu'elle avait quelque chose à faire et qu'elle déjeunerait avec Valshe, si elle parvenait à lui mettre la main dessus. Le garçon refusait de se laisser devancer et proposa son aide pour partir à sa recherche.

- Oh...et bien...

Mais hélas, face au regard suppliant du jeune homme, elle accepta. Ils descendirent à nouveau d'un étage et se rendirent devant la salle de classe 1-A. Vu le peu de temps qui était passé, Valshe ne pouvait pas être bien loin. Kei lui demanda si elle était sûre que c'était ici. La porte s'ouvrit au même moment. Miki fit un pas en arrière et se retrouva contre Kei avant de se décaler sur le côté.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mer 3 Oct - 23:02

Le bruit des livres pédagogiques qui tapaient droitement le bureau annonça une trêve lors de laquelle le professeur de Sciences sociales signa l’arrêt temporaire dans la bataille ardue contre la matière grise des élèves. Réjouissance. Leur ventre vide, ceux-ci s’empressèrent de sortir pour se diriger au réfectoire, mourant d’envie de voir le menu du jour proposé par le chef. Bousculades, rires, balancement des sacs cartables ; très rapidement, un flux d’adolescents en uniforme traversa les couloirs. La lumière extérieure vint alors se reflétait sur de petites boucles d’oreille rondes de couleur rubis. Arrivait Midori accompagnée de deux copines. Elles s’avançaient proche des fenêtres du passage, et s’arrêtèrent juste en face de la porte d’entrée de la classe 1-A. Elles bavardaient en tenant des sacs où étaient soigneusement rangées des boîtes de bento. La jeune demoiselle au teint mat tourna le regard vers la porte de la salle de classe et celui-ci tomba sur la lycéenne à la chevelure rose saumoné et son compagnon au visage peu familier. L’interrogation anodine ‘Tiens, des secondes années qui viennent accueillir le sex-symbol?’ s’incrusta dans la discussion. Et Midori fut celle qui attira les pensées vers une question plus pertinente.
- Ce ne serait pas Miki de la classe 2-B ? remarqua-t-elle.
- Vraiment ? s’exclama son amie en admiration. La sœur de Valshe ? J’ai toujours voulu aller lui parler. Elle m’a l’air sympathique !
Très vite, la discussion partit sur une autre tournure.
- Et si on allait faire connaissance ? ajouta la deuxième avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles.
Alors que Midori, perplexe, regardait ses deux camarades enthousiastes partir vers Miki, les pas de celles-ci se figèrent et leur face devint rouge écarlate à la vue de la personne qui venait de passer la porte de classe. La main lâche sur l’épaule qui tenait le sac cartable en noir et l’autre dans la poche du pantalon, Valshe apparut le visage incurieux. Le cœur de Midori battit rapidement et ses pieds ne tinrent guère en place.
- Valshe! On va manger ens- ? commença-t-elle en voulant s’avancer avant d’être interrompu dans son élan, spectatrice de la scène qui se déroula sous ses yeux.
Les orbes d’Azur du jeune homme s’étaient orientés du côté de quelqu’un en particulier. Au même moment et au débotté, une voix se faisait entendre en fond.
- Val ! appela Masashi dans le dos de ce dernier. Attends mec ! Si tu vas voir Miki, je viens ! Et il conclut, Ah ! Elle est là ! Miki-chan~ s’exalta-t-il en voyant la demoiselle quand alors, il nota le fieffé ramenard dont il essayait de ne pas l’identifier par son nom propre à côté d’elle : ENCORE TOI !
Mais son expression passionnelle se dissipa vite. Juste derrière, s’ajoutait dans la scène le professeur qui ajustait ses lunettes sur la racine du nez.
- C’est quoi tout ce tumulte ? grogna-t-il sur un ton strict et imperturbable, le magma bouillonnant en lui. Allez donc manger bande d’imbéciles et cessez de bloquer le passage nom d’un chien ! Je vais tous vous coller, vous faire écrire cinq mille fois la sotte ligne du ‘je ne dois pas bloquer le passage et je dois aller manger quand l’heure de midi sonne’, et vous faire tenir un seau dans la cour pendant une heure !
- Mais monsieur ! fit l’un des élèves en retrait qui attendaient de sortir de la salle, j’ai entendu dire que la punition collective est interdite en Occident !
- Correct jeune homme, observa le professeur de Sciences sociales. Vous vous réveillez après le cours ?
- J'aurais des points sur ma moyenne alors ? Dit tout en joie l’élève.
- Demande rejetée. Ici on est au Japon. Pour faire régner l’ordre dans un groupe, la punition collective est ce qu’il y a de mieux AHAHAHA !
Un silence bénéfique s’imposa où chacun emmagasinait les informations dans leur cerveau. Le temps de digérer, une issue se dessina à l’horizon :



- SAUVE QUI PEUT ! hurla Masashi.


C’était comme l’histoire d’une minorité ethnique qui faisait face à la problématique de survie. Alerté, tout le monde se mit en pas de course et courut dans tous les sens.

Dans toute cette cacophonie ambiante et les sentiments divergents naissant, une voix calme dit en contraste au chahut :
- Tu me cherchais ?
Elle appartenait à Valshe qui avait toujours le regard tourné vers Miki. La main masculine et ferme alla alors chercher celle de la jeune fille.
- Allons-nous-en.


Un moment après, quand on eut réussi à disperser le monde, Midori et ses amies se mirent à la recherche de Valshe mais en vain. Celui-ci avait disparu de la circulation. Perturbée, la demoiselle qui rêvait de passer un bon moment auprès de son prince se mordit les doigts. Elle tourna le visage vers Masashi qui se tenait à côté et s’adressait à Kei en riant :
- Le grand Yanagisawa ne connaît le terme défaite et fera tomber toutes les filles ! Puis ses yeux pétillèrent. Aah~ où est ma Miki ? Miki mi amore mio ! Si tu savais comme je t’aime ! Miki JE T’AIME ! This is SPARTA-AIE !
Midori avait donné un coup de pied dans le bijou de l’homme (là où nous le pensions tous) puis elle partit. Ce fut ainsi que le samouraï mourut véritablement à la guerre.



Quelque minute plus tard…

On entendit l’ouverture de porte sur le toit du bâtiment. Le jeune Carter mit pied dans cet espace et avança tranquillement en premier. Il balaya l’endroit du regard et ne remarquait l’ombre d’un chat. Seul le grand ciel bleu lui tendait les bras sans gêne. De ce fait, quelqu’un pouvait-il déranger les trentaines de minutes qu’il avait pour casser la croûte ? Invitation acceptée. Celui-ci s’installa contre le grillage et fit signe à la silhouette féminine derrière lui de venir dans le calme. Il décidait de ne pas questionner pour le moment la raison pour laquelle la demoiselle le cherchait et la laissait le lui mentionner quand elle le souhaitait. Et à la place, il fit :
- Oi, Miki, je crève de faim, puis il continua d’un sourire : Si tu ne viens pas, je mange ton bento en plus de celui que tu m’as préparé.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Ven 5 Oct - 21:29

Les cours qui suivirent la pause matinale furent tout aussi longs et ennuyeux que les précédents. Quand on attend quelque chose, c'est toujours plus long que lorsqu'on est occupés... Et Miki s'en rendit compte en regardant les aiguilles de sa montre bouger lentement pendant toute la matinée. Lorsque ce fut enfin terminé qu'elle prit en note ses devoirs et qu'elle rangea ses affaires, pour une raison inconnue, Kei lui sauta dessus et se remit à se vanter de ses résultats brillants de cette première partie de la journée. Miki sortit de la salle en sa compagnie tantôt en le félicitant tantôt l'écoutant dans ses délires. Elle descendit à nouveau d'un étage et Kei fit la moue, comprenant bien que la jeune fille allait rejoindre son frère. Il lui proposa rapidement d'aller déguster leurs bento dans un endroit tranquille en tête à tête mais elle fit la moue à son tour en déclarant qu'elle avait une urgence. Décidé à manger avec sa camarade de classe, il la suivit dans les couloirs. Ils s'arrêtèrent à quelques mètres de la salle de première année de Valshe qui se vidait de ses occupants. Le jeune garçon n'était pas encore sortit.

Un groupe de filles discutaient entre elles le regard tournait vers les deux secondes années. Miki se sentait mal à l'aise, observée de la sorte contrairement à Kei qui se pavanait tel un paon dans une basse cour. Alors qu'elles commençaient à s'approcher du duo, elle entendit un vague "Encore toi" venir du fond du couloir. C'était certainement Masashi qui les avait aperçus ou plutôt qui avait vu Miki avec Kei. Elle le regarda et vit rapidement un changement d'expression : elle devrait peut-être s'y habituer. La jeune fille chercha son frère et le vit enfin mais elle vit le professeur aussi. Elle était trop loin pour entendre quoique ce soit mais ensuite, elle vit un remue-ménage pas croyable : tout le monde criait, courait dans tous les sens car il y avait une personne qui avait crié un "Sauve qui peut"... Miki était complètement perdue au milieu de cette foule, séparée de Kei.

- Tu me cherchais ?


Cette voix calme et rassurante lui était familière. Miki fit une rotation sur elle-même et vit son frère détendu en contraste total avec la foule qui les entourait.
Il lui saisit la main.

- Allons-nous-en.


Miki acquiesça se laissant entraîner sur le toit du bâtiment. Ils étaient à l'air libre et tranquilles. Miki inspira profondément, se laissant transporter par la brise légère qu'offrait ce lieu privilégié.

- Oi, Miki, je crève de faim : Si tu ne viens pas, je mange ton bento en plus de celui que tu m’as préparé.


Le garçon avait prit place contre le grillage et souriait. Miki le rejoignit en trottinant, lui offrant un grand sourire.

- J'arrive !


Une fois installée, elle sortit son bento et celui de son frère et les prépara. Elle souhaita un bon appétit à Valshe. Elle les avait soigneusement préparés le matin même avant de se rendre en cours, pendant que le garçon somnolait dans sa chambre.

- Je t'ai cherché ce matin mais je ne t'ai pas trouvé...Tu as du sortir.


Miki prit une bouché de son bento avant de continuer.

- En fait, j'aimerais savoir...si tu peux me rendre un service...


Miki scruta la réaction de son frère, son déjeuner sur les genoux.




~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mar 9 Oct - 1:13

Un sourire de connivence illumina le visage du garçon qui écoutait silencieusement la jeune fille. Cette fille. Sa sœur. Sa sœur. Sa sœur. Cela faisait-il combien d’années qu’il se le récitait telle une incantation? Sous le lissage naturel de ses beaux cheveux roses orangés, elle avait une figure de vierge aux yeux de pureté et candides. En face, celui-ci s’opposait avec un visage d’équanimité indiscernable et irrésistible, le regard bleu profond et habile caché sous des cheveux de blé. Ils étaient différents, tels deux individus venant de deux endroits distincts. Et pourtant, ils se partageaient une grande partie de leur vie ensemble, comme ce moment de repas. La boîte de bento ouverte, l’on pouvait découvrir une préparation soignée qui était ordonnée de telle manière à ce que l’on veuille s’armer vite des baguettes et les planter dans le riz avec l'envie de dégustation. Une certaine lueur de tendresse vint se refléter discrètement sur les yeux de Valshe qui soudain, après la question de Miki, montra une mine ennuyée d'une façon quelque peu exagérée.

- Haa ? Un service ? demanda-t-il un œil à demi ouvert. La dernière fois, tu m’as demandé de t’aider pour Masashi et ce Kei qui n’arrête pas de te coller. Ne me dis pas que c’est encore eux ?

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mer 10 Oct - 16:59

Valshe montra une mine ennuyée, ce qui donna un sentiment de culpabilité à la jeune fille. Elle semblait encore plus ennuyée que son frère à présent.

- Haa ? Un service ? La dernière fois, tu m’as demandé de t’aider pour Masashi et ce Kei qui n’arrête pas de te coller. Ne me dis pas que c’est encore eux ?

Miki regarda le jeune garçon avant de hocher la tête de droite à gauche. C'était Luna, sa meilleure amie qui ne cessait de la harceler pour un rendez-vous, une photo...

- Non, ce n'est pas eux...Mais tu sais si çà te dérange...je peux me débrouiller...

Miki baissa la tête, honteuse d'embêter son frère qui au final avait déjà son fan-club à gérer. Il était vrai qu'il l'avait déjà aidée pour la débarrasser de Masashi et Kei qui était de véritables pots de colle et qui ne cessaient de sous-entendre des rendez-vous amoureux avec la jeune fille. Sans compter de l'expression bête qu'adoptait Masashi et de la jalousie de Kei qui étaient perpétuelles... Mais en plus lui demander de la débarrasser de Luna, c'était certainement trop.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Lun 22 Oct - 16:00

Les orbes d’Azur du jeune garçon lisaient le visage gêné de la demoiselle.
Silence. Les cils de Valshe battirent lentement. Après avoir mis les baguettes sur la boîte de bento, un soupir tendre s’échappa des narines et sa main se posa sur la tête baissée de Miki.

- Dis-moi tout, assura-t-il. Un grand-frère comme moi doit bien aider sa petite-sœur non ?

Les mots se heurtèrent contre la pomme d’Adam. Etait-ce une impression ou la gorge semblait-elle crispée à la prononciation de cette dernière phrase ? Valshe continua à lui sourire, le calme dans son regard. Aucune des deux personnes n’avaient alors remarqué qu’ils étaient observés sans bruit depuis le petit orifice de la serrure de la porte menant vers l’intérieur.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mar 23 Oct - 18:34

Miki avait toujours la tête baissée, visiblement très gênée. Pour l'instant, elle ne semblait pas prête à relever la tête. Son frère soupira ce qui empira les choses: elle ignorait, encore une fois, si c'était de l'exaspération ou de la tendresse de la part du jeune garçon. Les doigts de la vocaloid se crispèrent sur ces genoux, ne sachant quoi dire.

- Dis-moi tout. Un grand-frère comme moi doit bien aider sa petite-sœur non ?

Elle releva brusquement la tête comme si cette phrase avait eu l'effet d'une claque. Elle n'en revenait, elle ne pouvait en croire ses oreilles. Cela signifiait que Valshe ne lui en voulait pas...c'était rassurant et elle en fut soulagée.

- Et bien pour être honnête, c'est Luna...Tu sais, ma meilleure amie qui est dans ma classe...

Elle le regarda avant de se mettre à jouer avec une de ses mèches rousses. Elle n'osait vraiment pas en parler mais elle ne pouvait pas continuer ainsi: elle recevait des messages sans arrêts, jours et nuits, sans compter les moments passés à ses côtés où elle n'arrêtait pas de lui demander ce "service".

- Elle est un peu comme les autres filles...Elle n'arrête pas de m'assommer de messages pour que tu acceptes de...

Miki ne parvenait pas à finir sa phrase. C'était bien trop embarrassant. Elle n'y arriverait jamais de toute façon. Elle entendit un bruit provenant de l'escalier qui menait à l'intérieur. Elle tourna la tête vers la porte scrutant un mouvement quelconque.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Dim 31 Mar - 15:57

Alors que le garçon aux cheveux de blé écoutait Miki, le regard de celle-ci était soudainement porté vers un autre point, un point important, un point gravissime. Des regards venant de la porte. Et contrairement à l’acte humain suivant la norme qui impliquerait au minimum l’état d’alerte de la personne face aux pensées ‘on me regarde, je suis découvert, qui est là, je pensais que nous étions seuls’, Valshe détourna la coutume par son détachement que l’on pourrait allier à de l’individualisme. Indubitablement,  les petits bruits de la porte ne l’eurent aucunement alliciés, sa concentration le dirigeant sur la déclaration suivante : « Pour que j’accepte de ? »

Ce fut alors que la porte, discrètement entrouverte, bougeait sous la pression du courant d’air. Grinçant, elle commençait à s’ouvrir de plus en plus, laissant derrière elle un escalier vide, le responsable ayant pris la fuite à l’ombre de la lumière extérieure. Au même moment, quelqu’un pesta « Saleté… » depuis le fond du toit. Un jeune homme aux cheveux courts et roux, en bataille, allongé à l’arrière de la terrasse se redressait. Il portait l’uniforme de lycéen, la veste ouverte qui laissait sa chemise blanche à l’air libre. La main frottant le crâne quelque peu douloureuse, il dévoila un visage froid, rigide, sévère, tyrannique. Dans cet aura sauvage, ses yeux rouges tombèrent sur les deux personnes devant lui et ils les dévisagèrent. Il s’approcha à pas lents et décisifs en disant avec insolence: « Et dire que je faisais la sieste tranquillement avant d’être perturbé par la venue de casse-couilles. Heh. Et ma veine n’aurait pas dit mieux quand je vois de qui il s’agit. »
Lorsque le garçon, bien bâtit sous ses vêtements de grande taille égalant les intimidants 1m84, avait réduit la distance qui le séparait des deux présences, il scruta la lycéenne. La demande soudaine fut impolie: « T’es sa sœur ? »
Et comme si la question n’attendait pas de réponse, pour ce que l’évidence dans son regard exhibait, il continua « J’ai pas envie de me mêler d’ça mais un conseil petite : ne reste pas trop à côté de ton frère. Avec un type comme lui pour famille, qui a les mains un peu trop libres et baladeuses, je n’imagine pas combien de temps il va mettre pour les glisser à ton entrejambe. » S’ensuivirent un regard empli de dégoût et la déclaration « A moins qu’il ne l’ait déjà fait. » Cela fit froncer les sourcils du visage impassible de l’anglais dans un temps fugace. Et sans crier gare, le poing du rouquin fendit l’air et frôla la joue de ce dernier avant de partir dans le grillage proche à eux. La voix devint aussitôt âcre et le regard meurtrier « Avec un enfoiré comme lui ! Tout est possible. Pas vrai Valshe ? »


Silence. Tel un flash traversant en un éclair le cerveau du jeune Carter, un évènement brusque arriva. L’adolescent imposant reçut un choc dans le bas de la mâchoire qui le fit légèrement perdre l’équilibre. Valshe, qui, cette fois-ci avait frappé avec son poing, affichait un craquement sur son visage placide : Des yeux bleus qui ne pardonnaient pas.
« Retire, ordonna le regard d’Azur sombre, Retire ce que tu as dit. Sur Miki.
- Bien ! s’enthousiasma le rouquin qui enleva sa veste noire et la jeta au sol. Je n’en attendais pas mieux: De pouvoir amocher ta figure. »
Et parmi toutes les hostilités de ces phrases, une voix retentit telle une sirène depuis la porte menant vers l’intérieur du bâtiment.


« IL SUFFIT ! »

Dans sa longue blouse blanche, le professeur de biologie des secondes et premières années, Kaito Shion tapa calmement des mains d'un fin sourire.
« Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’avoir recours à la violence, il annonça. Surtout que vous ne souhaitiez pas choquer Mademoiselle Carter avec vos muscles à la place du cerveau ? » Il riait dans le constat ridicule et enfantine de ses mots avant de déclarer: « Allons, puisque vous êtes si fort courroucés, montrez que vous valez plus que ça jeunes garçons, ou je serais obligé… il agita en l'air un carnet rouge dans sa main, de vous sanctionner et de vous envoyer chez le principal avec mots à vos parents et suspension? »
Le rouquin claqua sa langue dans une mauvaise volonté et mit les mains dans les poches en marmonnant « T’as de la chance merdeux. » et alla en direction de l’entrée. Toutefois, Kaito lui barra le passage et demanda « Les doigts liés …Monsieur Kosemura... et on ne bouge pas comme un grand garçon. ». Ledit Kosemura cligna des yeux avant de lever les mains, lier les doigts et de recevoir au dépourvu une règle en bois tapant fortement sur le bout des doigts. L’enseignant sourit en chantonnant «Voi-là-pour-les-mau-vais-gar-çons !». Le rouquin était vert de colère avant d’avoir des idées de meurtre mais il suffisait que le carnet rouge se mette devant ses yeux et il se calmait rapidement.

Kosemura Tetsuo, l’élève taciturne au quotidien, qui n’élevait la voix que pour les allier avec son poing. Sa force intimidante et son visage bien galbé d’homme phallocrate et décidé lui donnaient une certaine popularité et un certain respect auprès de son entourage. Mais il était plus connu à se mêler dans les bastons et les gangs qu’à flirter avec les jeunes filles. Malgré son côté sauvage, il faisait toujours en sorte de ne pas impliquer sa famille dans ses affaires. En secret, il avait développé une haine contre Valshe mais personne ne connaissait la raison. De l’autre côté, Kaito Shion, un professeur cheveux bleutés au jeune physique très séduisant et qui partait sur ses vingt-six ans. Il était brillant pour son âge et savait résoudre n’importe quel problème avec habileté. Son sourire aimable et avenant ne laissait pas ses élèves indifférentes. Malgré son comportement simplet de temps en temps où l’on se demandait si c'était fait exprès, il montrait l’image de l’homme dévoué dans son travail et secourable dès un souci pointant le bout de son nez. C’était un professeur très apprécié dans son milieu qui n’avait aucun problème avec quiconque à première vue. Ses yeux bienveillants observaient Valshe et Miki, le sourire demeurant aux lèvres. « Il est bientôt l’heure de reprendre les cours jeunes gens ! Ne restez pas là. »
Valshe était silencieux un moment avant de prendre son sac parterre et de mettre son bentô fini dedans. Ensuite, ses pas l'amenèrent à l’intérieur avec Miki.
En rejoignant les couloirs par les escaliers, il s’arrêta et dit «…Je pars avant.» C'était court, bref. Son regard ne croisa nullement celui de sa sœur depuis l’évènement du toit. A court instant, il avait disparu pour rejoindre sa salle de classe de l’étage délaissant la jeune fille. Une voix prononça tout à coup dans les escaliers « Pas très galant homme votre frère. » Le professeur Kaito souriait en descendant les marches sans stress, comme si le monde lui était commode et l'accueillait sans problème, comme si ce lieu éducatif était fait pour lui. D'une certitude, il prévoyait « Mais il apprendra avec le temps. » Son regard était sincère sans une once de malice et regardant l'heure à son poignet, il changea de sujet: « Sinon Mademoiselle Carter, je présume que nous allons faire le même chemin puisque je vous ai à mon prochain cours ? » Et il dit « Avez-vous fait vos devoirs ? N’oubliez pas, s’il y a une partie que vous ne compreniez pas, n’hésitez pas à venir me voir en fin des cours. Nous entamons un chapitre un peu complexe je dois l’avouer. »


Les heures passèrent, pendant lesquelles les yeux bleus de Valshe étaient pensifs, une lueur de mélancolie scintillait discrètement dans la contemplation de pétales de cerisiers à la fenêtre.


~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Dernière édition par Valshe le Sam 29 Nov - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Mar 2 Avr - 20:56

Miki était rouge de honte. Elle ne savait même pas comment elle avait pu aborder ce sujet avec Valshe. Après tout, il n'était pas si compliqué d'aller parler à Luna qui était d'autant plus sa meilleure amie afin de lui expliquer clairement que la jeune rousse ne pouvait en rien influencer sur la vie sentimentale de son frère. La porte grinçait et dans entrebâillement de la porte, la jeune fille aux yeux écarlates pouvaient distinguer un escalier vide. Le fuyard avait du comprendre qu'il avait était découvert.

- Pour que j’accepte de ?

Le regard de Miki revint sur son frère qui venait de reprendre la parole et relancer le sujet qu'ils avaient entamé au grand regret de Miki. Ils furent à nouveau interrompus par un jeune lycéen quelque peu dépareillé : cheveux en bataille, tenue complètement négligée... C'était le genre de lycéen que la demoiselle aimait qualifier de "voyou" et qu'elle parvenait à limiter la casse auprès de son frère en revoyant chaque matin la tenue de celui-ci pour qu'il ne rentre pas dans cette catégorie de jeunes que Miki haïssait pour leur langage et comportement.

- Saleté…

Miki restait silencieuse et regardait la scène se dérouler devant elle. Le rouquin s'approcha à pas lents et avec une démarche qui ne pouvait plus démentir sur la catégorie de gens dans laquelle Miki plaçait le jeune garçon: c'était irréfutable.

- Et dire que je faisais la sieste tranquillement avant d’être perturbé par la venue de casse-couilles. Heh. Et ma veine n’aurait pas dit mieux quand je vois de qui il s’agit.

Que voulait-il dire ? Que signifiait ce ton insolent qu'il employait...? Il les avaient dévisagé longuement avant de faire cette déclaration comme s'il savait de quoi il parlait. Miki était interloquée par les propos du garçon qui continua d'ailleurs sur sa lancée.

- T’es sa sœur ?

Miki hocha la tête de façon affirmative. Inutile d'user sa salive avec un tel malotru qui osait insulter les autres et les déranger sans-gène. Miki resta réserva jusqu'à ce qu'il lui sembla que le lycéen, nommé Kosemura Tetsuo dépassa les bornes vis-à-vis de son frère et même d'elle-même.

- J’ai pas envie de me mêler d’ça mais un conseil petite : ne reste pas trop à côté de ton frère. Avec un type comme lui pour famille, qui a les mains un peu trop libres et baladeuses, je n’imagine pas combien de temps il va mettre pour les glisser à ton entrejambe, et il ajouta, à moins qu’il ne l’ait déjà fait.

La demoiselle aux cheveux rouges par réflexe posa ses mains en un mouvement brusque sur sa jupe qui retombait un peu au-dessus de ses genoux. Elle sentit ses joues s'empourprer sans compter qu'elle pensait au manque de respect qu'elle avait enduré avec son frère. Elle n'osa même pas regarder en face Tetsuo qui continuait encore et encore.

Avec un enfoiré comme lui ! Tout est possible. Pas vrai Valshe ?

Miki tremblait de tous ses membres. Elle n'en pouvait plus. Quel ingrat ce garçon, quel malpoli !

- Retire. Retire ce que tu as dit. Sur Miki.

La jeune fille releva brusquement la tête en direction de Valshe qui avait un regard azur foudroyant et si sombre. Il menaçait de sauter au cou du voyou à tout instant. Ce dernier ne manqua pas de le provoquer davantage. Miki, désespérée, qui cherchait une issue à cette situation des plus ennuyantes, aperçut une silhouette dans l'escalier du bâtiment. C'était Kaito-sensei qui venait mettre un terme à tout ce tapage.

- IL SUFFIT !

Pendant quelques minutes, Kaito-sensei sermonna les deux garçons dont l'un, Tetsuo partit vexé et l'autre, Valshe, ramassa ses affaires et en compagnie du professeur Shion, ils regagnèrent les couloirs du niveau inférieur où son frère lui annonça de façon brève et simple qu'il partait devant.

- Pas très galant homme votre frère... Mais il apprendra avec le temps.

Miki aimait bien son professeur de biologie. Tout semblait si simple avec lui comme lorsqu'elle était seule avec son frère. Elle se sentait en confiance et oubliait tous ses soucis.

- Sinon Mademoiselle Carter, je présume que nous allons faire le même chemin puisque je vous ai à mon prochain cours ? Avez-vous fait vos devoirs ? N’oubliez pas, s’il y a une partie que vous ne compreniez pas, n’hésitez pas à venir me voir en fin des cours. Nous entamons un chapitre un peu complexe je dois l’avouer.

Elle avait complètement oublié que c'était un cours de biologie qu'elle avait suite au repas de ce jour. Il faut dire qu'il n'y avait rien de très calme dans cette journée. La jeune fille sentait qu'elle finirait éreintée. Elle sourit au professeur et dit un oui enthousiaste.

- Les devoirs pour aujourd'hui ne m'ont pas causé beaucoup de soucis je vous rassure. Aussi je vous promets de venir vous voir si ce chapitre me pose un problème.

Elle entra en classe et Luna l'appela aussitôt. Kaito-sensei la pria aussitôt de se calmer. Le cours débuta et le temps défila si rapidement que le cours se finit rapidement. Miki se précipita à l'extérieur pour admirer les cerisiers en fleurs sous lesquels il lui plaisait de chanter, danser et sentir le souffle de la brise lui caresser le visage et soulever sa longue chevelure rousse. Kei la trouvait magnifique et la rejoignit. Il ne manqua pas de la complimenter ni de l'encourager à continuer. Ce dernier était littéralement tombé sous le charme de la jeune fille, innocente et pure. Elle l'ignorait. Luna quant à elle ne l'ignorait pour rien au monde. Elle admirait sa meilleure amie qui semblait bien s'amuser dans la cour de récréation. La jeune blonde s'élança dans les couloirs à la recherche de Valshe qui ne devait pas se trouver bien loin. Elle finit par le trouver dans un coin de l'établissement.

- Miki, cria Kei, tu veux que je te raccompagne chez toi ? Il est imprudent pour une jeune fille aussi ravissante que toi de se balader seule dans les rues sombres et étroites de la ville !

- Voyons Kei, répondit celle-ci sur un ton plaisantin, je suis juste à côté de toi donc inutile de crier ainsi... En plus, j'habite juste à côté et cesse de me complimenter ainsi tu vas me faire rougir !

Kei attrapa Miki par la taille et la souleva en l'air avec une facilité déconcertante avant de la reposer en riant. La jeune fille lui avait ordonné de la reposer par terre. Elle était rouge, embarrassée et ils s'apprêtaient à partir. Miki lança un dernier regard en arrière et aperçut son frère à l'une des fenêtres du bâtiment.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Jeu 4 Avr - 4:17

Sous un ciel bleu et une douce brise, pétales rosés et tournoyants dans leur tombée; la cour du lycée, à elle seule, soufflait des impromptus. Une nuée pleine de vies couvrait l’espace découvert. Cartables en l’air, bâillements et soulagements; le visage des élèves en fin de cours était comme animé d’un deuxième souffle de vie passager de la journée : être libéré de contraintes éducatives. Se rattachant au léger nuage rose pâle que les lycéens traversaient, étaient certaines pétales qui passaient proche d’une fenêtre ouverte du couloir de l’aile Est au rez-de-chaussée. Ils virevoltaient lentement devant un regard cérulé. Tournant la tête, les yeux sereins, qui appartenaient à Valshe, observaient depuis l’intérieur la beauté annuelle et nostalgique d’une floraison parfumée et printanière. Son esprit s’envola dans le tourbillon de pétales qui se décrochaient de leurs fleurs, dans les vagues horizons d’un passé déjà lointain. Des émotions l’étreignirent.


    C’était sous un cerisier là où tu avais poussé ta petite voix mélodieuse et onctueusement pénétrante.

    C’était sous un cerisier là où tu avais ris gaiement et tu t’étais allongé suite à de nombreux mouvements de tes courts bras et jambes sous ta robe bain-de-soleil à mousseline blanche; mouvements qui, regorgeant de jeunesse, ne demandaient qu’à se libérer de sa vitalité débordante.

    C’était sous un cerisier là où mon regard curieux s’était posé sur ton visage profondément endormi pendant un instant qui paraissait égaler des heures.

    C’était sous un cerisier là où j’avais compris que…


Les yeux bleus s’agrandirent à la vue d’un visage familier depuis la fenêtre. Miki dévoilait une expression réjouie auprès de Kei. Ils parlaient et semblaient prendre du bon temps à plaisanter d’un point de vue verbal, d’un point de vue contact. Proches, tels des êtres intimes. Relation candide, pure, honnête, normale, juste.

Normale et Juste.
Normale et Juste.
Normale et Juste.

Envenimement.
« V-Valshe ! » Une lycéenne appela en s’approchant du garçon qui était devant la porte d’une salle de classe des secondes années et était en chemin pour quitter le bâtiment. Elle avait un visage rond et enfantin dans une nuance claire rehaussée par le maquillage appuyé. En ajout, elle avait coiffé l’ondulation de sa chevelure blonde qui retombait à hauteur de la poitrine. Elle exhalait un parfum fatal dont elle n’avait certainement pas dosé la vaporisation. Tout cela comme si elle s’était préparée avant de venir le voir. Ses mains quelque peu moites et tendues, tenaient une lettre soigneusement pliée et personnalisée de touches féminines comme les couleurs douces choisies, le parfum qui se dégageait du papier, une écriture minutieuse et colorée, dénotant une candeur de fleur de l’âge. Le nom Luna apparaissait en bas de l’enveloppe. En enchaînement, un sourire se dessina sur les lèvres de l’irrésistible adolescent et ses yeux devinrent avinés, concupiscents; yeux d’une couleur bleue nébuleuse.


    C’était sous un cerisier là où j’avais compris que… J’étais fou.


Une ombre disparut derrière l’un des murs de l’embranchement du couloir sans bruit. Cette nuit-là, Valshe Carter n’avait pas regagné sa résidence.



Spoiler:
 

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Ven 26 Avr - 17:31

Miki était enfin rentrée chez elle et son frère n'étant pas rentré, elle en avait profité pour ranger et nettoyer la maison de fond en comble. Elle était comme neuve: la parquet brillait, les fenêtres étincelaient... Elle avait également eu le temps de s'occuper du linge et de la vaisselle. Miki n'avait pas vu les heures passer mais il était tard quand elle eut enfin fini. Elle s'était installé dans le canapé pour se reposer un peu. Elle se redressa précipitamment quand elle se rendit compte qu'elle n'avait rien préparé pour son frère. D'ailleurs il n'était toujours pas rentré à la maison ce qui eut le don d'inquiéter la jeune fille. Elle prépara un magnifique dîner et s'assit sur une chaise dans la cuisine afin d'attendre ce dernier. Une heure, deux heures passèrent et il ne rentrait toujours pas. Ce n'était pas le premier soir qu'elle voyait son frère ne pas rentrer mais c'était toujours inquiétant pour la rousse. Elle ne parvenait pas à ne pas s'en faire pour son grand frère.
Elle finit par dîner seule et entourer la part de Valshe dans du papier d'aluminium pour le conserver. Elle mit un papier au-dessus sur lequel elle écrivit:
"Je n'ai pas pu t'attendre plus longtemps, j'ai dîné seule j'espère que tu ne m'en voudras pas. Je t'ai préparé un plat que tu pourras faire réchauffer quand tu rentreras. Bonne nuit Miki-chii"
Elle partit se préparer afin d'aller se coucher, vérifia qu'elle avait bien fermé la porte à clef tout en vérifiant bien que Valshe avait la sienne sur lui pour qu'il puisse rentrer quand il le désire. Il l'avait sur lui donc elle put fermer et aller se coucher. Elle ne s'endormit pas immédiatement bien trop inquiète mais elle ne put résister plus longtemps à la fatigue, elle s'endormit enfin.

- Où es-tu...? Onii-chan....

Le lendemain quand elle descendit, elle s'attendait à voir une assiette vide ainsi qu'un petit mot de remerciement comme chaque soir où il rentrait tard mais cette fois-ci, il n'était pas rentré. Le plat et le mot n'avaient pas bougés et le porte-manteau n'était occupé que par le manteau de Miki, celui de Valshe restait absent.

- Il n'est donc pas rentré... Où es-tu... onii-chan...?

Elle se remit à s'affairer dans la maison, essayant de se trouver une occupation et ne pas mourir d'angoisse mais elle n'y parvenait pas. Elle espérait tellement entendre le téléphone sonner, décrocher et entendre la voix de son frère lui disant que tout allait bien... Cela n'arriva pas. Elle n'osait pas déranger son frère dans sa vie privée donc elle ne voulut pas lui envoyer un message pour lui demander si tout aller bien. Elle ne put continuer à se morfondre et elle se résolut à envoyer un message à son frère. Suite à cela, le portable à côté d'elle, Miki se plongea dans la lecture de son roman. Le téléphone fixe de la maison sonna et elle s'y précipita. C'était Kei.

- Miki ? Puisque nous sommes en week-end ça te dit de sortir faire un tour ?

- Kei ? ah... Euh.. Faire un tour ?

- Ouii ! Rien que nous deux... en amoureux, murmura-t-il.

- Kei...

- Bon alors c'est d'accord ! A 14h à l'entrée du parc devant chez toi.

Il raccrocha sans laisser le temps à Miki de répondre. Elle regarda l'heure, il était 12h33. Elle n'avait pas vraiment vu l'heure et ne s'était rien préparer pour déjeuner. Elle se prépara quelque chose de rapide et partit s'habiller pour le rendez-vous avec Kei. Elle n'oublia pas de laisser un mot à son frère au cas où il rentrerait pendant son absence.
13h50, elle descendit, ferma la porte à clef et se rendit au parc. Kei était déjà là, attendant gracieusement la jeune fille. Il lui proposa d'aller faire les boutiques et elle accepta. Il firent différentes boutiques: vêtements, bibelots et autres... L'après-midi passa et Miki s'était beaucoup amusée mais elle restait inquiète pour son frère. Son portable n'avait pas vibré. Le soir, Kei la laissa sur le seuil de la porte et la salua. Elle se retourna pour ouvrir la porte de la maison.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Jeu 2 Mai - 21:34

Une demeure calme et éclairée accueillit la demoiselle. On entendit des pas à l’étage et dans les toilettes, le bruit de la chasse d’eau tirée. A la maison se trouvait Madame Mayaa Carter qui était de retour de son voyage d’affaire à l’étranger. Ses papiers étaient éparpillés sur la table basse en laque de la salle de séjour que Madame n’avait pas encore eu le temps de ranger après avoir vérifié les chiffres de ses yeux passionnés. Le tableau de la page 5, première du tas, résumait les éléments distinctifs de la comptabilité de management et de la comptabilité financière ; un langage bien trop codé pour les personnes qui n’étaient pas dans le milieu. A peine avait-elle entendu la porte d’entrée se fermer, elle descendit de l’étage en dévoilant une mine surprise et ravie. « Miki ! Tu es rentrée ma chérie, elle s’approcha pour embrasser d’une étreinte maternelle. Tu es sortie avec des amis ? Comme il fait bon de te voir. Tout se passe bien à l’école ? As-tu mangé ? Maman vient de rentrer et a ramené de bonnes pâtisseries chinoises pour toi. Macao était vraiment un bel endroit à visiter. Papa n’a pas pu venir, il est toujours occupé avec l’entreprise. Je n’ai pas eu le temps de faire le tour et de prendre des photos. Mais j’ai pris quelque souvenir avec moi. Je t’ai ramené un présent. Tu vas adorer ma chérie ! » Femme mariée de chevelure brune aussi longue que Miki, attachée en chignon, et tenue sobre de travail avec chemise boutonnée et jupe portefeuille qu’elle n’avait pas eu le temps de changer, si ce n’était de se dévêtir de sa veste et de ses chaussures à talon ; Entre les enchaînements de mots et les exclamations joyeuses, Mère Carter qui sortait d’un paquet cadeau une jolie robe glamour et dont on ne pouvait plus arrêter la gaieté d’être de retour dans son pays et foyer qui ne durerait que cette nuit, contait son séjour et demandait des nouvelles de sa fille, et uniquement de sa fille de sang. Y avait-il un oubli ? Non. Du moins elle n’en donnait nullement l’impression. Depuis la cuisine se dégageait une vapeur odorante et parfumée de curry. L’évier non vide et qui avait servi pour laver les légumes, le bruit de la casserole qui chauffait sur le feu, les couverts sur les sets de table, la maison prenait vie dans un climat des plus chaleureux.



Les lumières illuminaient la cité de Tokyo d’une manière silencieuse. 2h00 du matin, au 7ème étage d’un love hôtel…

Jouant avec les longues mèches de cheveux blonds étaient les doigts masculines de Valshe. Il était dans une position semi-allongée sur le grand lit auprès d’une forme endormie à ses côtés. Seule une couverture couvrait quelque partie de son corps dans le plus simple appareil et brillant légèrement de transpiration, la majorité allant dissimuler les formes féminines de la belle au bois dormant. Dos appuyé contre la tête du lit, l’autre main faisait défiler les mails sur son téléphone portable.

    << (21:32) from: BlanchedeNomiya >>
    << où étais-tu hier soir ? >>

    << (2:10) from: Val >>
    << Je révisais. >>

    << (2:12) from: BlanchedeNomiya >>
    << Tu es toujours debout ? Tu veux passer maintenant ? >>

    << (2:13) from: Val >>
    << pas ce soir. >>

    << (2:13) from: KatsudonBbs >>
    << Chéri, tu viendras dîner demain? Je serai seule chez moi à partir de 18h30. >>

    << (2:15) from: Val >>
    << Ça marche. >>

    << (2:18) from: BlanchedeNomiya >>
    << Tu me manques >>

    << (2:19) from: Val >>
    << A moi aussi. Repose-toi, il est tard. Tu risques de ne pas être bien le matin. >>

    << (2:23) from: SexyBeast >>
    << Vivement la sortie scolaire à la plage ce lundi. >>

    << (2:23) from: Val >>
    << bikini? >>

    << (2:23) from: KatsudonBbs >>
    << Je t’attendrai hihi, je te préparerai un bon petit plat. A demain mon amour. >>

    << (2:23) from: BlanchedeNomiya >>
    << mais je veux te voir, pas tant que je ne peux pas te voir, je ne serai jamais bien. Tu ne veux pas aussi ? >>

    << (2:24) from: Val >>
    << Je dois réviser là bb. Je passerai te voir vendredi soir. Tu es tout ce qui compte pour moi. >>

    << (2:24) from: SexyBeast >>
    << Obsédé >>

    << (2:24) from: Val >>
    << haha mais tu aimes ça >>

    << (2:26) from: BlanchedeNomiya >>
    << Ne veille pas trop tard à réviser. Je suis avec toi. Je t’aime plus que tout. >>

    << (2:29) from: SexyBeast >>
    << L’autre type ne va pas arrêter de me coller. Je te ferai signe là-bas. >>

    << (2:30) from: Val >>
    << C’est parce que sensei est véritablement ravissante. >>

    << (2:33) from: SexyBeast >>
    << Tu mérites une punition >>

    << (2:34) from: Val >>
    << Pourquoi ? Ai-je encore fait bondir ton cœur ? >>

    << (2:34) from: Midtast >>
    << Coucou, c’est Midori. Comment vas-tu? Je voulais savoir si lundi on pouvait avoir un moment pour se parler? Et peut-être manger ensemble à midi? >>

    << (2:36) from: Val >>
    << Ok. >>

    << (2:36) from: SexyBeast >>
    << La semaine prochaine, après l’heure de natation que j’ai. Dans le bâtiment derrière la piscine. >>

    << (2:37) from: Val >>
    << heh kowai kowai. >>

    << (2:40) from: SexyBeast >>
    << Je t’y attendrai. Ne me fais pas impatienter où je serai encore plus sévère. >>

    << (2:41) from: Val >>
    << Tentant. Je serai là. >>

    << (2:41) from: KatsudonBbs >>
    << Je suis tellement heureuse que je n’arrive pas à dormir ;p j’ai trop hâte de demain. Je sais ce que je vais te préparer. >>

    << (2:43) from: Midtast >>
    << Je souhaite te dire quelque chose d’important. A lundi. >>

Rituel quotidien. Valshe continua à faire défiler les nouveaux messages plus bas dans la liste et son pouce s’arrêta net quand il vit ce qui s’affichait à l’écran.

    << (Hier 11:33) from: Miki >>

Pause.
Son regard bleu fixait l’écran en silence. Inspiration. Expiration. Sa mémoire lui montrait les images non désirées et le projeta dans son passé.
Hier après-midi, en ville… au Tiocelli, un glacier bondé et rempli d’une jeune clientèle, Valshe était assis à une table et était accompagné. Pendant que devant lui les petits rires coquins et féminins se mêlaient au vacarme des environs, ses yeux avaient tourné vers la vitre et virent à l’extérieur l’inattendu. Comme si les sens s’évanouissaient, l’ouïe du garçon ne faisait plus attention aux bruits qui le submergeaient dans le glacier. Il reconnut le visage de sa sœur marchant avec Kei. Les deux traversaient la rue au feu rouge, au milieu d’un groupe de piétons. Sans parole, la main se serra autour de la cannette et la glace à l’italienne au parfum de menthe au chocolat commençait à fondre en pâté.

« Valshe ? » fit une voix inquiète.
Dans le lit, une main vint s’agripper à son bras et l’agita doucement vers elle, le sortant de sa torpeur. Le blondin tourna son visage vers la fille venant de se réveiller et allongée à ses côtés.
«  Tu ne dors pas un peu ? continua-t-elle, ses yeux encore dessinés d'eyelineur.
- Repose-toi Luna. » Il embrassa le front de la demoiselle avant qu’elle ne remua son corps dénudé sous la couverture et lui fit signe de venir près d’elle.
La lampe de chevet éteinte, le garçon se glissa sous la couverture et à hauteur des yeux, ils se regardèrent dans la légère lueur rose de la chambre et Luna riait coquettement, ses pommettes teintées, tandis que Valshe continuait à la contempler d’un sourire placide, le bras derrière la tête. Le téléphone portable continua à vibrer sur le meuble à côté. Puis la nuit passa.

Le lendemain matin, environ 5h30, une ombre se dessina dans la brume légère qui couvrait le quartier de résidence des Carter. Valshe se dirigeait vers son toit. Il mit la clé dans la serrure et tourna la poignée. A l’entrée, alors qu’il se déchaussait, quelque chose attira son regard. Ses yeux bleus tombèrent sur les chaussures noires à talon rangées sur le côté. Quand il leva les yeux, l’atmosphère du silencieux couloir et vide était soudainement perturbée par une présence. Madame Carter sortait de la salle de séjour. Son visage était aussi lisse qu’une feuille tandis que ses yeux emplis d’un certain mépris étaient rivés sur l’intrus qui avait passé la porte. Sans mot, Valshe monta les escaliers et la voix impérieuse disait dans son dos : « Ne fais pas de bruit. Il y a des gens qui dorment encore ici. » Ensuite elle retourna dans le salon.
En chaussette, le garçon traversa l’étage. Il passa devant la chambre de Miki et arriva devant la porte de sa chambre. Il entra, se changea, lança sa veste et son pantalon sur le siège puis il nota la présence de son sac dans le coin et s’approcha. Il prit ses affaires, jeta autour de lui un dernier coup d’œil tandis que sa main plaçait son portefeuille dans la poche de son jean noir et il ressortit sans bruit. Ses pas, sans détour, le ramenèrent au rez-de-chaussée. De nouveau dans ses chaussures et le sac cartable à la main, il referma la porte derrière lui et quitta la demeure des Carter en route pour le métro.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Dernière édition par Valshe le Sam 29 Nov - 0:10, édité 2 fois (Raison : modification du temps dû au post suivant.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Sam 2 Nov - 21:39

Miki commença à chercher sa clef et remarqua qu'il y avait de la lumière chez eux. Elle entra en trombe chez elle, la porte ayant été déverrouillée. Une fois dans l'entrée, elle vit des chaussures rangées sur le côté et un par-dessus suspendu au porte-manteau. Miki se débarrassa rapidement de ses affaires et se précipita dans le couloir : au même moment une superbe femme, descendit de l'étage avec un gaieté débordante de retour au foyer. Mayaa Carter, mère de sang de Miki, qui rentrait d'un voyage d'affaire un peu plus tôt.

- « Miki ! Tu es rentrée ma chérie, elle s’approcha pour embrasser d’une étreinte maternelle. Tu es sortie avec des amis ? Comme il fait bon de te voir. Tout se passe bien à l’école ? As-tu mangé ? Maman vient de rentrer et a ramené de bonnes pâtisseries chinoises pour toi. Macao était vraiment un bel endroit à visiter. Papa n’a pas pu venir, il est toujours occupé avec l’entreprise. Je n’ai pas eu le temps de faire le tour et de prendre des photos. Mais j’ai pris quelque souvenir avec moi. Je t’ai ramené un présent. Tu vas adorer ma chérie ! »

- Maman ? Que fais-tu à la maison ? Tu ne devais pas être en voyage d'affaire ?


- Voyons Miki ! C'est ainsi que tu accueilles ta mère ?

- Oh ! Je suis désolée !

La jeune fille se jeta au cou de sa mère et s'empressa de l'embrassa sur les deux joues tandis que cette dernière lui répondait : son voyage d'affaire avait été conclu en avance et elle avait pu rentrer plus tôt. Madame Carter serait ainsi à la maison pour quelques jours au plus grand bonheur de Miki. Elle voyait si peu sa mère que lorsque cette dernière se trouvait chez elle, cela provoquait la surprise de la demoiselle mais aussi sa joie de retrouver un parent. Elle n'éprouvait pas le même bonheur au retour de monsieur Carter, son beau-père. Il la considérait quelque peu comme une intruse dans sa vie. Mais c'était un peu comme madame Carter à l'égard de Valshe. Seuls les deux enfants s'étaient acceptés et la relation de leurs parents.
En pensant à son frère, Miki eut une nouvelle vague d'angoisse : depuis la veille elle n'avait pas revu son frère. Il n'était pas passé à la maison. Elle revint à la réalité quand sa mère l'appela de la cuisine pour que celle-ci la rejoigne. C'est alors que commença une longue discussion mère-fille. Enfin au début, c'était surtout madame Carter, femme très bavarde qui raconta toutes ses aventures à Miki. Puis ce fut le moment des fameuses questions que toute mère adore poser à sa fille et auxquelles souvent Miki ne savait pas quoi répondre ou se contentait d'un soupir, une réponse des plus simples et des plus courtes ou un temps d'hésitation très long qui impatientait Madame Carter. Fatiguée du peu d'information que parvenait la femme de sa fille, elle annonça qu'elle devait travailler et se retira dans la salle de séjour. Miki, fatiguée de toutes ses émotions, elle se retira dans sa chambre afin de faire ses devoirs. Ses devoirs finis, elle descendit dîner avec sa mère. Ce fut un dîner pendant lequel la jeune fille se fit écraser par la tonne de questions que lui posait sa mère. Bien que cette dernière en avait posé beaucoup plus tôt dans la soirée, elle ne manquait pas de répartie. Miki répondait toujours avec le même calme à toutes les questions auxquelles elle parvenait à trouver une réponse tout en dégustant le plat au curry préparé par sa mère.
Le dîner fini, Miki remonta dans sa chambre et s'installa sur son lit, le portable à la main et ses écouteurs réliés à son MP3 dans les oreilles. Elle renvoya un texto à son frère afin de lui demander où celui-ci pouvait-être mais par faute d'interférences, ce dernier ne s'envoyait pas. La demoiselle devait prendre son mal en patience... Elle s'assoupit, recroquevillée sur son lit. Sa mère qui était montée la voir fut attendrit de voir sa fille ainsi et remonta sa couette d'un geste maternelle. Elle lui enleva les écouteurs et prit son portable et vit le message en cours d'envoi.

<< (22:40) To: Valshe >>
<< Onii-chan... Où es-tu..? Pourquoi tu ne me réponds pas ? Tu vas rentrer ce soir ? Je t'attends. Bisous, Ta Miki. >>

Elle grogna en le lisant, elle n'apportait aucune grande attention à ce garçon qu'elle considérait un peu comme un vaurien. Elle ne se sentait d'ailleurs pas rassurée quand elle savait Valshe seul à longueur de journée avec Miki. Elle pesta en posant le portable sur le bureau de sa fille soigneusement rangé. Elle redescendit au rez-de-chaussez et rangea sa paperasse et partit se coucher.
Le lendemain matin, aux alentours de 4h, Madame Carter se leva et voulut terminer de ranger ses dossiers puis faire une surprise à Miki en lui préparant le petit déjeuner.
Il était à peine 5h30, que la porte s'ouvrit et Valshe fit irruption dans la demeure. Mayaa qui finissait de ranger ses dossiers sortit de la salle de séjour et accueillit le jeune homme qui montait déjà les escaliers d'un ton glacial.

- Ne fais pas de bruit. Il y a des gens qui dorment encore ici.

Une demi-heure après cela, Miki se réveilla et descendit rejoindre sa mère. Cette dernière l'accueillit avec ce même enthousiasme qu'on lui prêtait.

- Maman ? Tu as des nouvelles de Valshe ?

- Il est passé tout à l'heure..., répondit-elle en grognant

Miki était rassuré bien qu'elle aurait souhaité le voir. C'était la routine des Carters. La demoiselle prit son déjeuner et remercia grandement sa mère de lui avoir fait cette surprise. Elle alla s'habiller d'une tenue printanière pour un matin frais comme celui-là et elle sortit avec son sac. Elle prit la direction du métro, étant invité par Luna et ses amies à la plage. C'était dimanche et elles comptaient en profiter. Du côté de Miki, elle n'aurait aucun problème avec ses devoirs puisqu'elle les avaient fait la veille mais elle ignorait pour ses autres amies. Cela pour une fois lui importait peu... Elle souhaitait juste s'amuser. Elle arriva sur le quai de métro où elle avait rendez-vous avec ses amies. Elle était toujours anxieuse au sujet de son frère, elle affichait profil bas pour ce matin.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Lun 24 Nov - 10:16

Des milliers de pas, des filles qui tenaient un téléphone portable à la main où retombaient les straps qui carillonnaient et brillaient, des hommes d'affaire aux regards sévères et silencieux, deux dames qui se parlaient et jetaient un œil vers la droite du quai de temps à autre en attente lassante de quelque chose, une voix à l'interphone rappelait le nom des stations et les horaires dans sa monotonie, des bruits stridents venaient du chemin de fer, un énorme tumulte de bon matin; le Tokyo Metro reconnaissait son quotidien. Parmi la foule, un jeune blond, les écouteurs dans les oreilles, monta la marche du train et pénétra l'intérieur. Lorsque le métro démarra, un rassemblement de quelques filles s'effectuaient sur le quai. Luna et ses copines, des sacs et paniers à la main dans leur habit décontracté aux jupes et aux caches-coeurs de couleur pastel, venaient d'arriver en riant et en s'échangeant des mots sur les garçons. Il n'était pas à cacher que Luna avait déjà dévoilé son secret par des signes et en montrant les messages reçus de son téléphone portable, choses qui faisaient suivre des regards et des sourires coquins dans le groupe de filles qui avaient l'air de se comprendre à demi-mot. Mais elles ne tardèrent pas à sortir de leur conversation quand elles aperçurent la dernière manquante à l'appel qui descendait depuis la bouche du métro: Miki. Elles crièrent son nom et levèrent la main. Après l'accueil, elles montèrent dans le métro qui n'avait pas tardé à arriver. Sur la rame du métro, Luna qui s'était assise à une place ne put dissimuler sa grande tristesse que son amoureux ne participait pas à cette petite excursion du dimanche et tourna le visage vers Miki pour attendre une réponse de sa part. "Ce matin, tu as dû croiser Valshe non? Il ne t'a pas dit que je l'avais invité? Et si on retournait rapidement chez toi pour le chercher?". Une autre amie avait rajouté "C'est vrai, tu ne sais pas encore Miki, mais Luna a conclu des choses avec ton frère hier. Hihi faudra qu'on l'aide toutes dorénavant! D'ailleurs, avec le voyage scolaire pour Okinawa demain, on va être efficace pendant ces quatre jours pour leur chercher des moments en tête à tête!" A cela, Luna prit les mains de Miki "Oh s'il te plaît!"



Dans un petit quartier calme d'Hibiya où le soleil haut tapait sur les toitures, une ombre s'arrêta devant la porte bleue claire d'un appartement du troisième étage dans un immeuble quelque peu triste par ses couleurs blancs et gris, bien trop monotone. La main sonna et on lui ouvrit deux longues minutes après. Le jeune homme derrière la porte, d'une vingtaine d'années avec ses cheveux crépus en pagaille, une cigarette à la bouche et son regard abruti et embêté de devoir se lever, afficha un sourire. "Oh, Val ça faisait un baille mec" accueillit-il en se retournant pour aller vers l'intérieur, laissant la porte ouverte à son ami de longue date. Ce bonhomme de teint un peu mat, maigre au point où on voit quelque partie de son squelette se dessiner à travers sa peau, qui s'étirait haut, long dans ses 1m85, s'appelait Kondo Yusuke. Il vivait seul dans son appartement un peu mal rangé, et où l'odeur de la cigarette et l'alcool empestaient. Son index gratta le nez avant de finir sa cigarette et d'en rallumer une autre. "Alors? Quoi de neuf?" demanda-t-il en allant s'asseoir parterre, dos contre le côté du lit. Valshe s'installa lui aussi à côté en laissant tomber son sac et répondit avec quelque délai: "J'ai besoin d'un toit pour la nuit." A l'entente de la déclaration, Yusuke toussa dans sa bouffée de fumée. "Tu rigoles? Il s'indigna. J'aime coucher avec les filles mais pas avec les gars. Va te chercher une fille et couche avec elle mec." Le jeune britannique ne dit rien, presque avait-il envie de ravaler un soupir de fatigue. Quand son ami vit ça, il arrêta la plaisanterie et dit d'un ton sérieux: "Toi. T'as pas l'air bien. C'est bon reste. Et puis je me suis engueulé avec ma copine, il plaqua sa main derrière la nuque. Elle ne m'a pas donné de nouvelles pendant je ne sais combien de temps, alors on peut considérer ça comme terminé. Qu'elles sont chiantes les femmes." Lorsqu'il eut dit ça, il se leva et alla jusqu'à son petit frigo pour sortir des paquets d’apéritif salés, deux cannettes de bière et les posa sur la table. Il se remit à fumer son rouleau de tabac et continua la discussion.
"Donc? C'est quoi le problème?
- La sorcière est à la maison aujourd'hui, répondit Valshe d'un ton désintéressé.
- J'ai bien fait de me barrer de chez moi il y a longtemps! rit Yusuke. Sérieux, dès que tu peux, prends-toi un appart' et casse-toi de cette maison.
- J'y songe, dit Valshe à voix basse et d'un air grave.
- Hein?" l'ami montra sa stupeur.
En effet, ce dernier l'avait dit sur un ton plaisantin à nouveau. Bien qu'en fait, une part de lui le pensait vraiment. Disons que dans le rapport de vie de Kondo, on pouvait voir qu'il avait quitté le collège assez tôt, qu'il avait quitté sa famille très tôt, qu'il avait vagabondé assez longtemps et avait eu l'audace de mentir sur son âge pour travailler avec un physique mature qui lui avait été bénéfique. Et alors, depuis trois ans, il travaillait dans une boîte de nuit. Sa vie d'un homme qui vit au jour le jour était très mouvementée et incertaine. Et il s'était toujours dit que, outre la similitude dans les opinions, ou celle d'aller de filles en filles qui le rapprochaient de Valshe, il avait toujours pensé que leur différence subsistait dans le fait que celui-ci avait une famille qui s'occupait de lui, qu'il n'était pas un cancre en cours et continuait son cursus scolaire, tandis que lui non. Le collège était l'endroit qui avaient réuni ces deux garçons un jour dans la même classe, et aussi par le redoublement constant de Yusuke. Et depuis son abandon dans les études, les deux ne se voyaient plus qu'en dehors de temps en temps. Mais ils gardaient toujours autant un lien amical fort, comme une fraternité éternelle et s'aidaient entre eux dès qu'il y avait un souci. Et ce jour-là, son ancien ami avait un problème assez grave pour faire appel à lui. Son intuition lui disait que ce dernier ne lui avait pas tout dit. A n'en pas douter que, si c'était juste pour éviter le passage d'une mère de famille, il y avait juste à aller faire un tour ailleurs pendant sa présence, et il n'y avait pas à réfléchir à cent fois et afficher une mine grave. Et à ce moment-là, Valshe affichait une mine fatiguée et un regard vide, comme s'il était perdu dans ses pensées.
Ce fut alors, qu'à la suite de cette longue réflexion de Yusuke, le portable de Valshe qui était posé sur la table sonna pour annoncer la réception d'un message. C'était un message arrivé en retard et qui datait de la veille, et cela, peut-être dû à des perturbations du réseau ou bien le fait que Valshe avait éteint son portable, qui sait. Yusuke haussa d'un cil quand il ne voyait pas le propriétaire prendre son appareil mobile. Celui-ci décida alors de l'attraper et il cliqua dessus: "Miki? C'est ta soeur?" Sitôt annoncé, Valshe écarquilla les yeux et attrapa le téléphone des mains de Yusuke pour l'éteindre et le ranger dans son sac.
Non. Ce n'était pas le Valshe habituel, celui qui avait pour coutume d'être désinvolte, de provoquer et qui se permettait des audaces sans limite. Non, c'était juste un Valshe qui semblait être perturbé et qui cherchait un lieu où se réfugier. Yusuke demeura silencieux un court instant, avant de prendre la cannette de bière qu'il avait sorti au préalable et de l'ouvrir. Il la posa devant Valshe, puis il ouvrit la sienne.
"Ecoute, t'as qu'à rester ici si tu veux, déclara-t-il. On discutera pour les frais. Sinon je peux te présenter à mon patron de la boîte de nuit où je travaille. Attends, il réfléchit, t'as dix-sept balais c'est ça? Il devrait pas y avoir de souci. Il m'a laissé passer malgré mon âge. Disons qu'on a eu une rencontre assez particulière, rigola-t-il avant de reprendre d'un ton sérieux. Je pourrais te trouver une place là-bas à temps partiel, ça te dit?"
Il ne savait pas du tout ce qu'il se passait mais il était bien décidé à donner un coup de main à la situation.

Ce jour-là, Valshe ne se présenta à aucun de ses rendez-vous.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Sam 29 Nov - 0:26

Un métro venait d'arriver et le quai devint rapidement noir de monde. Miki aperçut ses amies au bout du quai, noyée dans la foule et tenta de se frayer un chemin parmi ce peuple afin de les rejoindre. Dès que ces dernières l'aperçurent, elles s'enjaillirent et s'empressèrent de rejoindre la jeune rousse. La jeune demoiselle tenta d'afficher une mine réjouie, comme ses camarades le faisaient, mais Luna connaissait sa meilleure amie depuis l'enfance : comment Miki pouvait-elle espérer la duper ainsi ? Les trois jeunes filles la dévisagèrent et des questions quant à sa mine abattue fusèrent frisant presque le ridicule.
Luna, afin d'écarter leurs deux amies, Hitomi et Shiro, qui s'étaient jointes à l'excursion de la pâle mine qu'affichait Miki, changea rapidement de sujet et balança sur le frère de celle-ci : Valshe. Elles tergiversèrent longtemps sur le jeune garçon, allant de la déception de son absence jusqu'à la supplication pour obtenir l'aide de la petite soeur pour séduire l'objet des désirs de Luna, tout en passant par multiples questions diverses et variées, ce qui amplifia l'anxiété de Miki, qui pour son plus grand désespoir ne parvenait toujours pas à obtenir de réponse de ce dernier. Il était certes rentré à la maison, sûrement prendre quelques affaires, mais elle aurait espérer le voir ou tout du moins recevoir un mot de sa part sur sa table de chevet, comme il le faisait autrefois. Cependant, lorsque sa mère lui avait annonçé la visite du jeune homme au domicile familial, elle eut beau passer au peigne fin la moindre pièce où le garçon avait l'habitude d'être, elle n'était pas parvenue à trouver la moindre trace de son passage. Se souvenant de cette invitation à la plage qu'elle ne pouvait plus décliner, elle avait du se résigner à aller se préparer.

Les deux jeunes filles qui les accompagnaient, profitaient du paysage tout en partageant différents ragots qui circulaient actuellement dans leur établissement, telles deux commères. Luna en profita alors pour s'isoler en compagnie de Miki afin de lui faire part de la grande nouvelle : elle avait conclu avec Valshe la nuit dernière. Comme pour justifier son silence, la jeune blonde se mit à argumenter, expliquant qu'elle avait souhaité voir en direct la réaction de sa meilleure amie face à l'acquisition de ce rêve fou que réprésentait son aîné. Quelques secondes s'écoulèrent, Luna voyant que la jeune rousse ne réagissait pas la secoua doucement en la suppliant de lui faire part de son opinion. Miki releva doucement ses yeux écarlates et toisa longuement son amie, ce qui déstabilisa la jeune demoiselle au regard azur. Il était vrai qu'elle n'avait que rarement eu l'occasion de voir ce regard, un regard dans lequel pouvait se lire agacement et une forme de désespoir. Luna ne comprenait pas. Pourquoi son amie ne se réjouissait-elle pas ? Elle se leva brusquement et s'apprêta à hurler de rage contre cette amie qui restait blasée. Les deux jeunes filles assises plus loin se redressèrent et observèrent la scène sans trop oser bouger : elles n'avaient jamais vue ces deux-là se disputer.

- Assieds-toi, ordonna Miki d'une voix monotone, dont il n'émanait aucune émotion, Tu vas nous faire remarquer. Tes sautes d'humeur ne peuvent être effectuées dans n'importe quel lieu public : il nous est nécessaire d'avoir une certaine notion de vie en société.
Les mots de Miki blessèrent son amie en plein coeur. Ils étaient si froid, son visage était si impassible, Luna s'exécuta, non sans cacher la crainte que lui manifestait cette nouvelle facette qu'elle découvrait de cette amie qui lui était si chère.

- ... M-Miki, pourquoi tant de méchancetés...? murmura Luna, qui ne dissimulait plus son effroi.

Miki la fixa, avant de se rendre compte à quelle point elle avait été odieuse: Luna tremblait d'effroi. Evidemment elle imaginait bien que son regard rouge sang avait du l'effrayer, cette expression sans émotions qu'elle n'avait jamais affronté. Miki, honteuse baissa la tête. Leur arrêt fut annoncé par haut-parleurs et dans un long silence, elles descendirent toutes quatre sur le quai. Hitomi et Shiro affichaient profil bas, n'osant décrocher un mot, mal à l'aise. Quant à Miki et Luna, elles commencèrent à se diriger vers la sortie du métro silencieusement suivies de près par leurs camarades qui leur emboîtèrent la pas. Elles mirent enfin les pieds dans le sable et sans trop attendre, Hitomi et Shiro s'éloignèrent sur la plage en courant afin de leur trouver une place adéquate, laissant ainsi leurs deux amies en arrière. Elle pourraient certainement s'expliquer ainsi, c'était sûrement ce que souhaitaient qu'elles souhaitaient en agissant ainsi.

La brise souffla doucement caressant agréablement la peau. Miki se tourna lentement vers Luna, et leva les yeux vers son visage. Elle était triste, bercée par une sorte de nostalgie.

- Tu t'en souviens...? demanda Luna d'une voix mélancolique, on venait tout le temps ici pendant les vacances... Quand j'y pense... On ne s'est jamais disputées depuis qu'on se connait... Tous ces souvenirs... Quelle nostalgie.

- Mh. C'est vrai..., murmura la demoiselle, en baissant les yeux.

Un nouveau silence s'imposa. Miki, comme pour briser le mur qui les séparaient, se jeta sur Luna et ensemble, elles perdirent l'équilibre et finirent par tomber dans le sable. Luna se dégagea les bras et lança un regard vers la jeune rousse qui se trouvait alors au-dessus d'elle. La surprise se lisait sur son visage.

- Luna... Je suis désolée ! J'ai été affreuse avec toi... Désolée ! S'écria Miki en se blottissant contre son amie.

- Idiote... T'excuse pas... J'ai pas pris en compte tes sentiments, déclara Luna en riant, gênée par la situation.

Elles s'asseyèrent et se mirent à discuter de Valshe: Il n'avait pas donné signe de vie à Miki depuis quelques jours déjà, alors savoir qu'il avait passé la veille au soir avec sa meilleure amie avait fait surgir en elle un étrange sentiment. Un mélange de joie et de jalousie. Elle ne l'ignorait pas, Luna n'y était pour rien. Cette dernière faisait partie de ces quelques dizaines de conquêtes de son frère. Mais cela resterait secret, afin de ne pas briser l'infime espoir qu'avait éveillé cette nuit pour la jeune blonde.

Après tant d'émotions, elles finirent par rejoindre leurs amies, qui avaient trouvé un endroit sympathique pour s'installer. Une fois sous le parasol, Miki et Luna se fixèrent et envoyèrent simultanément un message à Valshe.


<< From : Miki >>
<< Nii-chan, Où es-tu ? Je suis allée à la plage avec Luna aujourd'hui. Tu sais, je suis très inquiète. Tu n'as toujours pas donnée signe de vie depuis tout ce temps. Que fais-tu ? Réponds je t'en prie. Tu n'es finalement pas obligée de me dire où tu te trouves exactement, mais au moins, prouve-moi que tu vas bien. Je t'aime.
Miki.>>


<< From : Lulu33>>
<< Chéri? Où t es là ? Hier ct cool~ Je sui avec ta seur a la plage. Mé el é tro déprimé. Et je sui inquiète pour ti ossi. Je sui désolé que tu soi pa la. Enf1. Si tu ve, tu pe venir c la plage de d hab. On é zone 3. Rep vite, Honey ~ >>

Les deux demoiselles se sourirent et espérèrent longuement une réponse. Se disant qu'il ne fallait pas trop gâcher cette journée, elles décidèrent de profiter des différentes activités que leur proposer la plage: baignades, batailles d'eau, volley ball...
Elles ne pouvaient s'empêcher de faire des allers et retours entre leurs affaires où se trouvaient leurs portables respectifs ainsi que leurs amies. Elles veillaient aussi la promenade de bord de mer en espérant voir Valshe arriver. Ainsi s'achéva cette matinée dans des éclats de rires et de l'amusement à tout vent. Elles tombèrent chacune sur leur serviettes de fatigue. Miki sortit à nouveau son portable et vérifia ses messages en soupirant.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Dim 30 Nov - 0:08

La nuit tomba sur la ville de Tokyo. Et les petites boutiques et les grandes galeries, aux devantures violemment éclairées, diffusaient en boucle des messages publicitaires.

Quartier de Roppongi, au sommet d'un grand building...

Depuis 2007, le club de nuit Escapade avait ouvert ses portes pour tout ceux qui cherchaient à passer d'agréables soirées. Il y avait soit la salle principale avec une grande estrade carrée au centre, celle-ci entourée de banquettes magentas et de tables éclairées par des chandeliers de style baroque lors des moments dits 'tôt' où on n'utilisait pas encore de jeu de lumière et les faisceaux multicolores, soit des salles de Karaoké pour des fêtes privées. L'ambiance était ainsi faite de couleur, aussi bien pour ses magnifiques effets visuels d'éclairage fantasmagorique, mais aussi pour son accueil de tout type de clients; on trouvait japonais et étrangers. Ils se réunissaient en grand nombre surtout pour les évènements spéciaux, recevant les DJ des quatre coins du monde, ce qui faisait chauffer la vaste piste de danse sur des touches exotiques. Et une autre des particularités de ce lieu pour lequel on aimait venir, était sans l'ombre d'un doute, l'histoire de ses murs faits uniquement de vitres, qui offraient une vue panoramique de 360° sur la ville de Tokyo depuis ses hauteurs. Le scintillement de la tour de Tokyo et l'éclat des collines de Roppongi étaient spectacles quotidiens pour ses habitués et le personnel. Et cette nuit-là, le jeune Kondo avait de nouveau droit à se délecter de ces privilèges en reprenant son travail. Derrière lui, Valshe suivait en direction du bar, prenant le temps de découvrir la salle bondée à l'atmosphère nébuleuse et onirique de son regard bleu, avant que ce dernier ne fut porté vers les hurlements de son ami, celui-ci essayant de se faire comprendre dans le vacarme assourdissant et la musique.
"Oh! Ca va vieux? cria-t-il au barman habillé en complet blanc, noeud papillon et pantalon de jais. L'homme dans la quarantaine tourna son attention vers la voix, des lunettes noirs dissimulant son regard; et il arbora un sourire sous sa moustache avant de dire d'une grosse voix:
- Bien le bonsoir mon jeune ami. Les commandes sont nombreuses et deux mains en plus pourraient s'avérer utiles. Il parlait tout en s'occupant à essorer des verres. Prêt à reprendre le service?
- Encore mieux monsieur Jayce, répondit Yusuke avec dynamisme. Je vous emmène quatre mains en plus! Et se poussant sur le côté pour dévoiler la figure énigmatique et en retrait, il poursuivit: Accord du big boss, il commence ses heures ce soir et reprendra le weekend prochain.
- Oh, bien bien, acquiesçait le barman en scrutant la nouvelle recrue de la tête au pied à qui il serra la main. Valshe était habillé en chemise blanche et ample, qu'il boutonna à peine les quatre du centre, laissant dévoiler son cou blanc et ses clavicules, et qui retombait sur un jean noir dont les pattes se faufilaient à l'intérieur de ses bottes d'ébène. Son look attirait déjà nombreux regards de la gent féminine, et aussi des hommes qui étaient indignés de voir leur conquête ou proie fixer autre personne qu'eux. Prouvé encore une fois, le charme du jeune Britannique dégageait une aura qui ne laissait nullement son entourage indifférent. Il avait sa place dans ce milieu. Le barman hocha la tête en signe d'approbation. Il s'empara d'une serviette blanche et l'envoya à Valshe qui la rattrapa aussitôt:
"Voyons ce que tes mains savent faire", mit-il au défi le nouveau avant de retourner à son travail. Et à la seconde qui suivit, Yusuke qui était déjà dans le comptoir commença à prendre les commandes. Vêtu d'un jean effiloché et d'un débardeur décontracté à motif graphique représentant la musique DJ, ce dernier se mit à saisir habilement un torchon blanc et propre et jongla entre les bouteilles, avant de déverser les liqueurs dans les verres et de les faire glisser jusqu'à leur destinataire.
"VALSHE!" Il appela et ouvrit les bras: "ICI, C'EST NOTRE ESPACE!"
Leur espace à eux; le garçon pensait. Dans cette simple phrase, il n'y avait rien d'extraordinaire à souligner diriez-vous. Mais pour Yusuke, c'était là une déclaration plus qu'importante. De l'incompréhension et des préjugés chaque jour; l'obligation de faire contre sa volonté; la privation de famille; l'absence de place où aller; L'errance avait gommé toute stabilité de vie. Il n'y avait plus d'endroit où être; où exister. Cependant, dans ce club de nuit, il y siégeait une autre vie; une vie qui les acceptait tels qu'ils étaient sans poser de question sur leur passé. L'idéal d'une vie qui subsistait dans l'inconscient après maintes mutilations. Les bruits et la fumée étouffaient les sens; les gens, habillés sur leur trente-et-un et de manière aguichante, dansaient et riaient; les lumières peignaient les visages; Valshe ferma les yeux et se laissa engloutir par l'ambiance onirique des lieux...

Pendant ce temps, à l'appartement de Kondo, un silence absolu régnait en l'absence des locataires. Sur la bordure de la fenêtre, éclairée par le clair de Lune, le téléphone portable de Valshe était inactif. Et était sur le côté, une photo déchirée où on voyait un jeune enfant blond et souriant dans ses habits d'école primaire, qui tenait la main d'une petite fille rousse à la robe bain de soleil laiteux.



Le lendemain, au lycée Koukou...
Deux bus de voyage attendaient à l'entrée de l'établissement: un bus pour deux classes des premières années, et un bus pour deux classes des secondes années. Soleil annoncé tout au long de l'excursion financée par l'état. La destination affichée sur l'écran était Okinawa. Musées, promenades dans les lieux d'Art, les sites de châteaux, la mer et l'hôtel étaient au planning. Une nuée d'élèves ravis attendaient leur tour pour y monter. Midori et ses deux amies guettaient le portail à la recherche d'un quelconque signe du prince charmant qu'elles attendaient, pendant que Mademoiselle Sakamoto Akino, professeur de natation, faisait l'appel devant le bus. Celle-ci, était une ravissante jeune femme de vingt-huit ans, aux cheveux châtains et mi-longs, qui, pour ce jour-là, avait décidé de porter un sweat blanc à manche courte par dessus un débardeur léger et un short. Elle portait un maquillage très léger et ne cachait guère ses jambes de nageuse habituée. A ses côtés, le professeur d'histoire-géographie de trente-six ans, Monsieur Inoue, de physique et style un peu vieillot, lequel on l'avait tous compris, était épris de sa collègue de travail et s'était promis de satisfaire son ambition de se rapprocher d'elle. Et en dernier, le professeur de biologie Kaito, dont on aimait pour la jeunesse à l'air avenant et le sourire charmeur de ses vingt-six ans qui donnait un coup de fraîcheur à l'équipe des professeurs, trouva ce voyage scolaire à son goût pour un prochain devoir sur la physiologie végétale et la structure du vivant, domaines qui pourront être traités pendant la visite des musées et les sites de châteaux. Au moins, Sakamoto trouvait la présence du professeur Kaito utile comparée à celle d'Inoue, celui-là étant tout le temps distrait pendant son travail. Et disait-elle à l'habitude "Le professeur Kaito a la côte avec les jeunes filles qui sauront se tenir droite afin d'attirer son attention."
En effet, un voyage scolaire qui promettait d'être bénéfique pour elle, bien que ses plus et ses moins côté du staff, elle calcula le temps libre qu'elle aurait pour elle lors de la sortie. Elle réfléchit tout en continuant l'appel. Elle pourrait s'éclipser à un moment pour Le voir en tête à tête. Et à cette pensée, comme si elle se rappelait d'une chose qu'elle avait omise au vu de la concentration que son travail lui demandait, elle détacha son regard de sa feuille d'un air gravissime. A gauche. A droite. Il n'était pas là. Le bout de son stylo tapotait sa liste. Elle perdait son calme. Où était Valshe? Elle continua à faire passer les élèves qui se présentaient. Quand enfin il ne restait plus que cinq élèves qui attendaient leur tour pour monter dans le bus des premières années, une ombre surgit depuis le portail qui, pour une fois, était ouvert pour attendre la sortie des véhicules de transport commun. Avec un retard d'une trentaine de minutes, Valshe se présenta sans mot, le sac de voyage à la main, dans ses vêtements habituels de lycéen qu'il ne prit pas la peine de tout boutonner une nouvelle fois. L'hystérie se faisait entendre depuis les bus, mais on prit la peine de demander le silence qui calmait les bruits. Mais certainement pas les émotions. Masashi, qui était déjà à l'intérieur du véhicule, jeta un coup d'oeil depuis la fenêtre de son siège.
"Monsieur Carter, que signifie ce retard? Vous avez de la chance qu'on ne vous a pas délaissé derrière. Alors? Répondez." s'impatienta le professeur Sakamoto. A cela, le garçon la regarda d'un air serein et placide, chose qui la déconcerta quelque peu, elle qui avait pris l'accoutumance pour les signes qu'elle échangeait avec son jeune élève; cela consistait par exemple à des clins d'oeil à l'insu de tous ou des petits frôlements involontaires. Elle ouvrit la bouche à la recherche de réplique mais ses lèvres se pincèrent entre elles et elle finit par lâcher "Nous n'avons plus le temps. Les excuses pour plus tard, dépêchez-vous.
- Oui, il vaut mieux, le professeur Kaito revérifia la liste en sa main et conclua. Donc il nous manque Kosemura Tetsuo dans cette classe."
Pendant ce temps, Valshe se tourna vers l'entrée du bus. Et là, la pause d'une seconde s'effectua dans sa marche. Il leva le visage et reprit son chemin. Les jeunes demoiselles à l'intérieur essayaient de contenir leur calme. Mais elles ne purent cacher leur trop grand sourire au passage du jeune adolescent qui traversait les rangs à la recherche d'un siège libre. Masashi leva alors la main pour signaler la place libre à côté de lui. Valshe prit place. Et les bus s'apprêtaient à partir.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


Dernière édition par Valshe E.Hyperion le Lun 8 Déc - 3:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Kawaii Cherry

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 09/03/2011
Age : 19
Localisation : coucou ici ! ah non...là-bas!

Feuille de personnage
Chanson du moment: miki - DIVE INTO BLUE - VOCALOID / 【初音ミク】Shinkai Shoujo - 深海少女 【オリジナル】+ romaji lyrics + MP3
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Dim 30 Nov - 2:19

La nuit était déjà tombée, Luna et Miki n'habitaient pas si loin l'une de l'autre donc elles décidèrent de faire le trajet ensemble, d'autant plus que de la station de métro jusqu'à leur quartiers, elles devaient passer par de petites ruelles pas bien rassurantes. Les deux jeunes filles marchaient côte à côte en silence, encore secouées par la dispute de l'après-midi bien qu'elles aient passé un bon moment à la plage en compagnie de Shiro et Hitomi, rentrées chez elles en bus depuis la station.

- Miki... T-Tu es toujours énervée ? demanda Luna d'une faible voix qu'on ne lui reconnaissait pas.

- Hein ? s'étonna la jeune rousse qui marqua un arrêt, non ! pas les moindres du monde !

Luna tira une tête quelque peu dépitée, qui amusa sa grande amie qui se plaça face à elle. Elle se baissa pour voir son visage au bord des larmes et tout en se redressant, elle lui tira les joues de part et d'autre en la suppliant presque de sourire. Miki la pria de se rappeler le jour de leur rencontre.

-FlashBack-

Miki venait de changer d'établissement et entrait au jardin d'enfant de sa nouvelle ville. Sa mère venait de divorcer et avait souhaité à tout prix éloigner sa fille de cet homme qu'elle jugeait dangereux: son père. Perturbée par les agissements violents de son père, les propos choquants de sa mère, le choc du changement de vie, Miki était rien d'autre qu'un simple légume que la vie traînait derrière elle. Quelques jours après son transfère pendant une récréation, tandis que la petite rousse était assise calmement sur un banc, une petite frimousse blonde se plaça face à elle, plaqua ses deux petites mains sur les joues de Miki et lui sortit en riant : "Hoyyy ! Mieux vaut un visage ensoleillé que des yeux embrumés par des larmes, tu sais ?"

- J-Je ne pleurais pas, s'étonna la gamine en repoussant la nouvelle venue.

- Ton coeur pleurait. Si tu vas mal dis-le au lieu de le garder pour toi ! C'est comme percer les nuages noirs au-dessus de soi ! La pluie tombe et après, il fait de nouveau soleil ! s'exclama la fillette. Mon nom à moi, c'est Luna ! Toi c'est Miki, c'est ça ? Devenons amies !

-Fin du FlashBack-

Luna se blottit contre Miki et pleura toutes les larmes qu'elle possédait au fond d'elle. Cette jeune fille qui était toujours souriante, toujours à amener la gaieté là où elle va, possédait elle aussi ses faiblesses et ses malheurs. Mais elle ne l'a jamais montré, Miki le savait.
Quelques minutes passèrent sans que mots ne se disent, le silence de la nuit les entouraient entrecoupés de brefs sanglots provenant de Luna qui se calmait peu à peu, bercée par son amie.
Elle se redressa, essuyant ses larmes restantes et s'excusa longuement devant Miki, ce qui vint à la mettre mal à l'aise. Elles reprirent leur chemin, le soleil brillait à nouveau au-dessus d'elles.

- Hoy... R'gardez moi ces beautés ! coupa une voix masculine.

Les deux jeunes filles sursautèrent. Devant elles, à quelques mètres se trouvait un groupe de jeunes motards, à l'allure dépravée: des voyous qui se baladaient la nuit. Elles tentèrent de les éviter en traversant mais ce fut comme s'ils l'avaient anticipés, ils leur barrèrent la route et elles se retrouvèrent rapidement encerclées. Appeurée, Luna se plaça derrière Miki, qui restait droite, examinant la situation. Tss... De vulgaires humains..., pensa Miki, agacée et éreintée par cette journée.

- Laissez-nous passer..., ordonna Miki en lançant un regard sombre de ses yeux rouges sang.

- Allons, allons ma jolie... Vues comment z'êtes foutues j'parie qu'vous z'avez l'habitude..., plaisanta le chef de bande.

Quelle était cette insinuation plus que douteuse...? Luna laissa s'échapper un sanglot dans le dos de Miki. Elle s'excusa mille fois auprès de son amie car si elle n'avait pas été si stupide -dit-elle- jamais elles n'auraient été dans une telle situation.
Les motards ricanèrent sans retenue, se moquant ouvertement de cette "pleurnicheuse".

- Hé la rouquine... Change de potes sérieux.

Miki explosa. Quelle vulgarité, quel manque de respect. Elle retira sa veste et laissa ses articulations apparaitre. Celles que personne au lycée Koukou n'avait vu, même Luna en dix ans d'amitié: la force d'un humain pouvait-elle rivaliser face à celle d'un robot entièrement programmé si ce dernier désactivait le programme qui le limitait...? Certainement pas.
D'une rapidité fulgurante, Miki se jeta sur le chef de bande et l'immobilisa, seulement, grâce à une prise que lui avait enseigné son frère. Elle le pria de les laisser passer au risque de perdre l'usage de son bras droit.

Ce petit incident passé, la jeune rousse ramena Luna chez elle et rentra.

Le lendemain, au réveil, Luna l'avait harcelée de messages, sur ses origines, activités, raisons d'exister... Une vraie petite curieuse.
Elle se rendit dans la salle de bains et prit le soin de bien se préparer: elle attacha quelques mèches sur le côté droit pour plaquer ses cheveux de ce côté laissant ses cheveux dénoués cependant. Aujourd'hui était un grand jour: le voyage scolaire pour Okinawa. Bien que son frère n'était pas rentré, elle espérait qu'il se présenterait au moins ce matin à la porte du lycée.
Elle prépara ses affaires soigneusement dans son petit sac de voyage, se vêtut d'un débardeur rose pâle couvert d'un chemisier léger à fleurs noué au dessous de la poitrine et un short court d'un blanc immaculé, de fines baskets confortables pour la marche et un chapeau blanc pour la protéger du soleil.
Elle glissa dans son sac deux bentos dans le cas de figure où son frère viendrait et pensa à son autorisation de sortie.

Elle partit alors pour le lycée pour être certaine d'être à l'heure. La jeune fille rejoignit son groupe d'amies dans le bus des classes de seconde année.
Une demi-heure passa et Valshe n'était toujours pas arrivé. Miki devait se rendre à l'évidence, son grand frère ne serait pas fidèle au rendez-vous. Luna de son côté aussi se sentait un peu déçue.
Un professeur s'approcha du groupe de filles mais fut interrompu par justement le jeune garçon en retard. Miki se colla contre la vitre, c'était bien lui, Valshe Carter, de la 1-A. Quel soulagement !
Les professeurs refirent le point tandis que Sakamoto-sensei sermonnait Valshe. Kaito-sensei, vint s'asseoir dans le bus près du groupe de filles.

- Quel soulagement n'est-ce pas Carter-san ? soupira-t-il en voyant la jeune rousse radieuse.

Miki acquiesça d'une joie débordante qui sembla être très déstabilisante pour le professeur qui s'enfonça dans son siège en toussotant.

- B-Bien ! C'est parti pour Okinawa ! s'exclama-t-il.

Le voyage une heure et quelques pendant lequel les chansons fusaient, les rires et l'impatience grandissante. Miki n'attendait qu'une chose: serrer son frère contre elle.
L'arrivée était imminente et les professeurs rappelèrent les quelques règles de sécurité et surtout, l'appel à la sortie du bus.
Les élèves descendirent du bus et déjà les jeunes filles recherchaient le jeune blond du regard dans la foule de lycéen qui envahissait la zone. L'appel fait, les élèves avaient un quart d'heure pour se dégourdir les jambes avant d'avoir rendez-vous sur cette même place pour l'exposition du programme de la journée.
A peine les consignes exposées que Miki fonça en direction du groupe de la classe 1-A et aperçut une tête blonde familière.

- VAAAL'-NIII-CHAN ! s'écria Miki.

Elle s'élança au travers de la foule d'où les murmures ne cessaient de s'amplifier "Miki-chan ?" ou "la soeur de Val' ?". Peu lui importait, elle voulait parler à son frère. Plus d'une semaine sans nouvelles. A quoi pensait-il ?

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miki-natsukoe.skyrock.com
The Valuable Sheaves

avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 26/06/2012
Localisation : A travers le réseau

Feuille de personnage
Chanson du moment: 사랑은 은하수 다방에서
About You:
RP en cours:
MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki] Lun 8 Déc - 3:34

Au milieu des causeries et de la gaieté contagieuse de la sortie, une voix avait retenti. C'était une voix, claire et chaude, émue et ravie. Elle se frayait un chemin parmi les paroles feutrées qui dénotaient la stupeur devant l'imprévisibilité, et semblait essayer d'atteindre l'ouïe de l'élève détaché de son décor; une ouïe étouffée par le son du cœur. Or l'avancée fut coupée par la traversée d'enfants et par deux maîtresses d'école, dont une qui levait son petit drapeau claquant dans la douce brise.
Accalmie. Comme si le temps venaient de se figer. Derrière le passage des vastes couleurs de ballons de baudruche, les yeux céruléens s'étaient retournés.


La petite fille rousse à la robe bain de soleil laiteux...


Ils rencontrèrent un visage rond et joli, le petit nez fin, au regard pétillant et à la couleur de sa chevelure rose orangé, peignée et tombante sur un léger ensemble de tendres couleurs claires; ce visage si familier, et pourtant si lointain. Les lèvres de l'adolescent demeurèrent scellées.


Un jeune enfant blond et souriant dans ses habits d'école primaire...

Des petites mains liées; Innocence.


Sautillant un peu trop loin du rang et sans faire attention, un écolier en dehors de son groupe, mit malencontreusement son pied dans un creux et fit une chute, dans laquelle sa main lâcha le fil de son ballon rouge qui s'envola dans le ciel. L'enfant s'était cogné fort contre Miki dans sa chute, faisant perdre à celle-ci son équilibre.



Flétrie, opprimée, détruite.



Des pas se précipitèrent. Et, tendant les bras à la seconde qui suivit, Valshe rattrapa Miki et la ramena contre lui, tandis que l'autre main servie de support derrière le dos de l'enfant afin d'amortir sa chute. Ne restait de l'évènement qu'un petit qui avait foulé sa cheville malgré les efforts. Alors que le garçon de primaire brisait le calme par ses pleurs et alertait les éducatrices qui se mirent à s'occuper de lui, Valshe se redressa en entraînant doucement avec lui sa sœur. Les mains sur le côté de chaque épaule, il la scruta de la tête au pied pour s'assurer qu'elle n'avait rien, avant de les enlever et instaurer une certaine distance entre eux. Brisant l'ambiance, les talons à aiguille du professeur Sakamoto ne se faisaient nullement discrets par son martèlement lorsqu'elle se dirigeait rapidement dans le groupe d'élèves de Première à la recherche de l'intruse qui avait quitté sa place au bénéfice du désordre, et ceci, sans s'attarder au petit incident qui avait eu lieu.
"Mademoiselle Carter! Elle vociféra. Vous allez immédiatement me faire le plaisir de retourner dans vos rangs. Puis elle croisa les bras sur un ton autoritaire. Un peu de retenu je vous prie, ce n'est pas la récréation."
Et avant que cela n'aurait été plus dur, les maîtresses d'école se rapprochèrent et présentèrent leur excuse, ce qui déconcerta Akino qui, sans crier gare, ne pensait qu'à réprimander son élève. Cet instant de dissipation permit à Valshe d'avoir un court temps d'intimité avec la jeune demoiselle rousse. Il la regarda. Puis il approcha son visage du sien; plus particulièrement les lèvres proches de l'oreille de Miki; il lui susurra ces mots à l'insu de tous, et d'un ton sec:





"Ne t'approche plus de moi."





La respiration ralentissait. Le coeur battait pesamment. Le visage reculé, le regard de Valshe ne montrait qu'un bleu vide et froid. Le manque de temps crucial appuyait la brutalité des faits. Et s'ajoutait à cela une véritable résignation. Valshe tourna le dos sans un mot de plus et ses pas l'éloignèrent du lieu mouvementé. Très tôt on ne vit plus qu'une masse d'élèves devant, et plus aucune trace de lui.
"Allons, allons, entendit-on se rapprocher. Le professeur Kaito avait pris parole. Ce n'est rien de bien grave. Le temps presse, examina-t-il. Revenons vite dans nos rangs respectifs. Il plaça une main discrète derrière l'épaule de Miki et la guida jusqu'aux secondes années, le sourire aux lèvres pour adoucir l'atmosphère. De retour au calme; les groupes organisés après qu'on eut indiqué que le chauffeur de bus partirait pour l’hôtel afin de déposer les affaires les plus importantes en laissant les élèves avec le strict nécessaire pour la journée, le voyage se poursuivit par le musée préfectoral d'Okinawa comprenant des musées d'art, d'histoire et de science naturelle. La visite dura environ trois bonnes heures, lors desquelles les lycéens de première année écoutaient les explications de Monsieur Inoue. Quant aux secondes, la classe était à l'opposé de la salle, et écoutaient celles de Monsieur Kaito. Sakamoto Akino était en dernière ligne pour surveiller les arrières et ajouter quelques mots aux commentaires. Lors de cette matinée, la niaiserie de Masashi faisait rire les élèves, les pitreries des farceurs exaspéraient le professeur Sakamoto, le sourire de Kaito faisait fondre plus d'une élève et Monsieur Inoue était toujours aussi peu populaire. Mais globalement, la sortie avait été fructueuse et les classes avaient été à l'écoute. A part quelques-uns, qui, pour une raison particulière avaient leur attention porté autre part. Et une des premières années, Midori, faisait parti de cette minorité-là. Son regard absorbé se posait sur le dos de Valshe qui se tenait en silence derrière ses camarades et suivait la file. Les rayons de soleil, qui passaient à travers les orifices hexagonales de l'architecture murale, dessinaient des lueurs en formes géométriques sur le visage du garçon difficile à lire. Midori était concentré à déchiffrer, tellement qu'elle fut surprise quand les yeux de Valshe se tournèrent vers l'endroit où il s'était senti observé. Un sourire séducteur comme on le connaissait toujours apparut sur ses lèvres. Et comme prise la main dans le sac pour l'avoir scruté pendant un moment, Midori baissa le regard et ses joues se teintèrent de rose. Il lui fallut quelque seconde de reprise avant de daigner relever les yeux pour s'apercevoir que Valshe avait attaché son regard autre part, à un tableau représentant le dos d'un homme dénudé, recouvert seulement d'un voile léger et en lambeau. Masashi en profita de l'attention de toute sa classe sur l’œuvre et se mit devant tout le monde avant de proclamer:
"Ça, c'est mon dos!" Il se retourna pour montrer la carrure en laquelle il croyait, puis il levait les bras et prit la pause d'un boxeur pour montrer les muscles sous ses habits: en d'autres termes, on ne voyait que du tissu. On entendait les filles protester: "Ca ressemble plus au dos de Valshe! C'est si sexy! Viens Valshe, montre-nous ton dos!" Et on voyait le garçon qu'on fusillait du regard, surpris, et qu'on traîna à côté de Masashi pour une comparaison qui l'embêta:
"Pourquoi je dois faire un truc aussi idiot? demanda-t-il les yeux s'abaissant vers la droite d'un air ennuyé.
- Et pourquoi pas? Est-ce que le preux Valshe aurait peur du grand Yanagisawa que je suis? dit le camarade crédule d'une sincérité si exagérée que cela en devenait ridicule.
- Qu'est-ce que t'as dit? Valshe fit un sourire en coin, le regard virant cette fois-ci dans le rouge.  Moi? Peur?" Au final, le Britannique prit part aux amusements de sa classe, et les rires redoublèrent des plus belles. Les professeurs étaient ravis de voir à quel point l'ambiance de la classe 1-A était amicale. Rien d'inquiétant, ils les laissaient faire.
Midori, elle, demeurait toujours silencieuse devant la jovialité des camarades de classe. Toujours perdue dans ses pensées, elle se disait que ce qui la frappait, n'était pas le sourire qu'elle avait reçu du garçon qu'elle aimait, ni ces moments joyeux où Valshe semblait le même qu'à l'habitude. Mais il s'agissait du regard bleu profond qu'il possédait, et qui brillaient d'une lueur comme elle ne l'avait encore connue. L'éclat du soleil ne faisait qu'intensifier l'effet. Ce regard doux, secret, pénétrant, semblait nouveau. L'amoureuse ne savait pas posé le bon mot. Mais à force de contemplation, et cela depuis le jour où elle l'avait rencontré, elle pouvait se rendre compte d'une évolution. Il était différent. Ainsi, à la chose qui la dérangeait déjà, raison pour laquelle elle avait demandé à Valshe par texto si elle pouvait avoir un entretien avec lui, s'ajoutait une nouvelle particularité qui ne faisait que la dérouter davantage. A cette préoccupation, les propos de ses deux amies la sortirent de sa torpeur:
"Hé, les filles, vous ne trouvez pas que Valshe a un côté plus...comment dire? Sensuel que d'habitude? fit l'une.
- Sensuel? Tu veux dire plus classe?" s'essaya la deuxième au bon mot.
Pendant que les deux jeunes élèves s'échangeaient leur opinion sur l'attirance de Valshe qui s'exerçait sur elles et poussaient de petits rires grivois, Midori fronça les sourcils.
Elle était décidé à se rapprocher du jeune blond.

Une nuit passa, lors de laquelle, à l'hôtel Naha, qui se situait sur la plage, et où on avait obtenu un tarif spécial pour les voyages d'étude, on avait montré aux élèves leurs chambres respectives, et monter les affaires. Les garçons et les filles étaient à des étages différents et on comptait sept élèves par chambre. Le lendemain, les élèves avaient quitté leur uniforme pour des tenues plus décontractées et autorisées, tant que cela n'avait rien d'indécent au bon plaisir de la pédagogie chez Koukou. Et la visite d'étude se poursuivit sur les deux jours suivant. Seulement, à partir de l'après-midi du troisième jour, on avait autorisé aux élèves d'aller se baigner et faire du beach volley. Car soucieux de l'éducation, les enseignants s'inquiétaient aussi de la forme physique de l'élève, et, le plus important, créer des souvenirs de lycée; une période qui n'a lieu qu'une fois dans une vie. Les classes avaient ainsi quartier libre sur la plage, tant qu'ils restaient dans le périmètre de surveillance des professeurs; à voir maintenant si la condition était respectée.
Masashi avait donc décidé de rester au bord de la mer avec deux de ses camarades avec qui il partageait la chambre. Ensemble, ils étaient entrain de monter le terrain de volley quand soudain, le professeur Inoue s'approcha et laissa un message au groupe.
"HEIN?" criaient les garçons tous en chœur.
L'un expliqua: "Donc, il veut qu'on aille faire les courses manquantes pour la classe?
- Fallait pas choisir d'être délégué Kon, dit l'autre. Surtout qu'on est du même groupe et du coup je dois aussi porter les courses par ta faute. Puis il claqua la langue. J'ai pas que ça à faire.
- On va pas demander aux filles de faire ça en même temps, dit ledit délégué Kon.
- C'est bien vrai, j'imagine mal ma Miki porter des choses lourdes, songea Masashi.
- Vas-y Hide, va chercher Valshe, Kon demanda. Le jeune Hide se leva en faisant la moue et effectua le travail qu'on lui dit de faire.
Terminé. Il revint rejoindre son groupe et ils attendirent. Après vingt minutes, les pieds dans le sable; ils se regardèrent, embêtés. L'absent n'avait toujours pas fait son apparition. Et Hide s'exaspéra:
"Qu'est-ce qu'il fait, bordel? Je l'ai déjà appelé et il est pas encore là.
- Ben retourne le chercher, conseilla Kon d'un ton frivole.
- J'ai pas que ça à faire, râla le garçon, je suis entrain de préparer un bon plan pour conclure avec ma femme vois-tu!
- Non, sans déc', intercepta le délégué. La dernière fois où tu l'as guetté pendant qu'elle se changeait dans les vestiaires, tu t'es pris un sale râteau mec.
- TU AS OSÉ FAIRE CA! Masashi leva le poing. AVOUE QUE TU N'ES PAS UN SAMOURAÏ!
- Vous ne connaissez pas ce qu'est la persévérance? Hide se gratta férocement les cheveux et il pointa son doigt devant lui. Vous n'avez pas l'esprit d'un homme, un vrai!
- Heu, réfléchit difficilement Masashi. Alors avec cet esprit d'homme...MIKI M'AIMERA?
- Quel esprit d'homme? Kon finit par soupirer et retourner au sujet principal. Bon il faut chercher Valshe. Qui y va?
- Il doit être encore entrain de pioncer derrière la cabane là-bas, grommela Hide.
- Je peux aller le chercher si vous voulez les gars, rit niaisement Masashi en montrant ses grands bras comme si la force seule pouvait convaincre, et ceci, avant que Kon ne refuse.
- Non, tu dois rester pour tenir ce foutu poteau, le temps qu'on finisse de tout monter rapidement pour partir sinon la faute retombera sur moi."

Puis le groupe était silencieux avant de criser:

"MAIS Y A PERSONNE POUR ALLER LE CHERCHER?"





Un peu plus bas, dans un coin un peu isolé des autres, se trouvait une cabane en bois, entourée par le bruit du vent et des vagues. Le soleil jetait une forte lumière sur la place. Aucun bruit à part la nature seule. Derrière la cabane vieillotte, une figure était posé sur le banc. Valshe, la main sur les yeux pour se protéger d'un quelconque rayon lumineux fauteur de trouble, était allongé sans bruit sous l'ombre d'un haut palmier solitaire.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://twitter.com/Zeyrord
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spice! [Valshe & Miki]

Revenir en haut Aller en bas

Spice! [Valshe & Miki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vocaloid Rainbow RPG♫★ :: Role Play :: アクション ! ~ Action !-